Retour accueil

Carte scolaire rentrée 2010 : menu indigeste au CDEN du 2 avril

vendredi 9 avril 2010

liste des mesures prises et analyse du SNUipp

Concernant les mesures provisoires prises à la rentrée 2009 :

Ouvertures définitives :

Samatan élem 1

Solomiac/Sarrant RPI 1

Simorre/Tournan RPI 1

Saramon élem 1

St Antoine/Mansonville RPI 0,5

Fermetures provisoires non confirmées :

Marciac psychologue 1

IMP Paulhiac, adj spé 0,5

Vic-Fezensac- maître G 1

Fermeture des postes provisoires ouverts à la rentrée 09 :

Isle Jourdain "Paul Bert" BD FC* 1

* BD FC : brigade départementale formation continue

Postes destinés aux départs en formation CAPASH

Auch IME " La Convention " BD ASH 1

Fermetures provisoires confirmées :

Fleurance élémentaire - maître G 1

Mesures nouvelles :

Ouvertures

Ecole maternelle Mauvezin 1

Ecole élémentaire Cazaubon 1

Ecoles primaires :

Ste Christie 1

Seissan 1

Décharges direction :

Cazaubon élem 0.25

Décharges 4cl. 4

Enseignement spécialisé

Fleurance psychologue 1

Fleurance - maître G 0,5

Vic-Fezensac, enseignant référent 1

Auch ASH enfants sourds 0,5

Poste destiné aux départs en formation CAPASH

BD ASH 1

Fermetures

Plaisance maternelle 1

Ecoles élémentaires :

Montesquiou 1

Ornézan 1

Pujaudran 1

Ecoles primaires :

Caussens 1

Estang 1

Lupiac 1

RPI :

St Ost/ Lagarde Hachan 1

Chelan/ Aujan Mournède 1

St Martin d’Arm/ Arblade/ St Griède 1

Viella/ Monmusson/ 1

Monlézun d’Armagnac/Monguilhem 1

St Mont/St Germé/Lelin Lapujolle 1

Galliax/Ju Belloc/Préchac 1

Enseignement spécialisé :

St Clar, adj spé 0.50

IME Beaumarchès 1,50

Remplacement :

Riscle BD Formation continue 1

Pavie élem BD Formation continue 1

TOTAL : 12.25 ouvertures, 18 fermetures

Demandes d’ouvertures non satisfaites

RPI Escorneboeuf - Touget, RPI Encausse - Monbrun, Mauvezin élem, Riscle élémentaire

Régularisation des postes IMF

3 postes IMF non pourvus par le mouvement 2009 avaient été transférés à Villecomtal élém, Seissan élém et Ségoufielle mat.
Ils sont réimplantés dans leur lieu d’origine : Auch Condorcet, Auch Coulonges et L’Isle Jourdain René Cassin.

Razzia sur le rural

Cette année encore, le Gers perd des postes, contrairement à ce qu’annonce l’IA...
4 moyens sont retirés qui correspondent à la suppression des 16 PE2 qui assuraient les décharges 4cl.
- Pour ouvrir, il faut donc fermer.... il n’y a plus de réserves suffisantes en ASH, ni sur les postes de remplaçants, c’est donc le rural qui trinque !!
Concrètement, ce sont 5 classes qui fermeront à la rentrée dans des RPI (au lieu des 7 annoncées). 4 classes fermeront encore dans des écoles primaires rurales (au lieu des 5 annoncées).

RASED : des réouvertures en trompe-l’œil

L’effet d’affichage est fabuleux, l’IA réouvre le poste de psy de Marciac ainsi que le poste G de Fleurance (femés provisoirement l’an passé faute de candidats), il créé un poste de psy à Fleurance... mais il ne fait partir aucun collègue en formation et compte sur d’hypothétiques diplomés entrant par permutation...
- Comment se garder des moyens en réserve pour ouvrir à la rentrée sans le dire...

Remplacements : ça continue

L’an dernier, pour faire face aux demandes d’ouvertures, l’IA faisait le choix de fermer des postes de remplaçants.
Qui n’a pas constaté, dans certaines circo, la difficulté à être remplacé et cela malgré les surnombres (qui soit dit en passant ne dureront pas !) ?
- Et le massacre continue...
L’IA vient d’annoncer qu’il réduisait de 2 postes la Formation Continue, passant ainsi de 12 à 10 postes ! Quant aux solutions de remplacement qu’il envisage, elles sont loin d’être plus réjouissantes.
- première solution : mettre des surnombres sur ces postes. Et bien voyons !
Nous lui avons rappelé que cette procédure n’était pas possible car leur statut ne leur permet ni de se déplacer d’une école à une autre, ni de toucher des frais de déplacement.
- deuxième solution : lâcher en pâture des étudiants en master 2 dans nos classes et ce dès le mois de novembre ! Finalement, avec cela, pas sûr que les collègues auront envie de partir en stage...

Un élu lumineux

Monsieur le Maire de Saint-Martin d’Armagnac a trouvé des solutions pour sauver son école.
D’ailleurs pourquoi supprimer la mienne, demande-t-il en lorgnant sur les villages voisins ? Il est également prêt, assure-t-il, à aller chercher les élèves des communes du RPI scolarisés sur d’autres sites. Soit.
- Mais il propose surtout de surseoir aux ouvertures des décharges pour les directions à 4 classes qui, d’après lui, s’adressent "à des personnes qui ne sont pas au SMIC et qui, donc, peuvent se lever à 6h le matin pour aller travailler".
Au boulot les feignants !

Méthode de concertation déroutante

Les représentants des personnels auront été privés des intentions de l’IA jusqu’au CTP du 1er avril. Impossible dans ces conditions d’informer correctement les écoles et de préparer des argumentaires sérieux.
- Résultat, des rumeurs à n’en plus finir, des collègues et des élus abasourdis à l’annonce d’une fermeture, d’autres déconcertés par une proposition d’ouverture. Sans oublier les délégués syndicaux qui ne peuvent pas faire leur travail correctement.

Les IEN ne sont pas des Janus :

Il revient à l’IA de prendre en charge et d’assumer entièrement la carte scolaire, car il ne peut être demandé aux IEN d’avoir, tout au long de l’année, à mettre en confiance la communauté éducative, à rapprocher les points de vue des interlocuteurs autour de l’école, à travailler sur le long terme, et.... annoncer les mesures de carte scolaire.
Un point de vue que nous défendons depuis longtemps.

La logique RPI à bout de souffle ?

C’est en tout cas la question qu’il faut se poser pour certains secteurs du département (à l’ouest et au sud essentiellement) afin d’imaginer, avant l’inéluctable, des solutions permettant de maintenir un réseau d’écoles viable.
Le SNUipp, en liaison avec les collègues concernés, est prêt à engager une réflexion avec l’IA, les élus, parents, à condition cependant que le maître-mot ne soit pas "économie de moyens".

L’habitat dispersé a ses limites, l’habitat social est à valoriser

La partie Est du département a connu ces dernières années une croissance démographique qui s’est accompagnée d’ouvertures de classes et de réouverture d’écoles.
Cependant le mode d’habitat qui s’y est développé ne permet pas à des jeunes couples de s’installer, du fait également des prix de location exhorbitants qui sont pratiqués.
- Il y a donc à craindre que des fermetures de classes soient à l’ordre du jour prochainement.
Il faut que ces communes acceptent la création de logements sociaux qui sont une réponse adaptée à la crise du logement et au besoin des revenus modestes. Rappelons que 80% des gersois pourraient bénéficier de ce type d’habitat.

Courte vue et malhonnêteté

En dix ans, le Gers a perdu 23.5 emplois de PE alors que dans le même temps il gagnait 1000 élèves supplémentaires.
- Résultats, la spécificité et les contraintes d’un département rural ne sont plus prises en compte.
Ajoutons que, désormais, le ministère demande aux départements de financer les mesures qu’il prend parfois sous la contrainte, mesures qui répondent à des besoins nouveaux incontournables ou à des politiques ciblées.
Ce fut le cas pour la création des emplois de maitres-référents chargés de la mise en oeuvre de la loi sur le handicap qui a coûté 4 emplois ; ce fut aussi le cas pour le développement de l’occitan.
- C’est aujourd’hui le cas des décharges des écoles à 4 classes qu’il faut créer ... en fermant des postes-classe, dans une période de restriction budgétaire sans équivalent ! Cette mesure coûtera 9 postes au Gers, à étaler sur deux ans.

Direction 4 classes

Voeu FSU et UNSA soumis à l’approbation du CDEN
- Particulièrement dans le contexte de suppression d’emplois actuel, nous demandons au ministre de l’Education Nationale de prendre en charge, par des moyens spécifiques, les besoins nouveaux qui émergent dans les écoles et qui relèvent d’une politique nationale.
Nous demandons que les neuf emplois nécessaires à la création des décharges de direction pour les écoles à 4 classes soient financés par le ministère et non pas par le département du Gers.
- Unanimité !

RPI Pompiac-Seysses-Cazaux-Noilhan

La réorganisation de ce RPI, votée par la Communauté des Communes à une très faible majorité (36 pour, 35 contre), le fragilise-t-elle ?
- C’est ce qu’affirme le Conseiller Général de Samatan avec des arguments plus que recevables.
En fermant la maternelle du RPI à Cazaux, qui était aussi son point central, il sera difficile d’éviter la fuite de certains enfants vers les bourgs environnants plus proches que la nouvelle maternelle.
Devant ce manque manifeste de réflexion et de concertation, la FSU a proposé que le CDEN s’abstienne.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr