Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Pédagogie 


Stages de printemps : Ne cautionnons pas le dangereux bricolage de Darcos

vendredi 28 mars 2008

Dans la plus grande précipitation, le Ministre nous somme d’organiser des stages de remise à niveau pour les élèves de CM1 - CM2 et ce, dès les vacances de printemps.

Ces stages ne sont évidemment pas une solution à l’échec scolaire. La première des remises à niveau serait de faire en sorte qu’il y ait tous les jours des enseignants formés devant les élèves et dans des conditions normales : chaque jour des classes se retrouvent sans enseignant et subitement on trouve des fonds pour assurer des heures supp, cherchez l’erreur ! La lutte contre l’échec scolaire doit passer par d’autres mesures à l’opposé du gadget proposé par notre ministre. Nous voulons des créations de postes, des réductions d’effectifs, plus de maîtres que de classes, des RASED complets en nombre suffisant pour couvrir correctement tout le territoire… Mais cela nécessite bien évidemment d’autres choix budgétaires. En terme de budget, une enveloppe complémentaire de plus de 23 millions d’euros vient d’être débloquée pour financer ces « stages de remise à niveau » ! Quand on en a la volonté, de l’argent on en trouve !

Veut-on nous habituer à ouvrir les écoles pendant les vacances ? Le SNUipp a dénoncé ce dispositif de bricolage qui vise à faire croire à l’opinion que l’on peut régler les difficultés scolaires hors de l’école alors que dans le même temps les milliers de suppressions de postes vont avoir des conséquences désastreuses sur les activités pédagogiques des écoles. Le SNUipp 32 alerte les collègues sur les risques et les dérives possibles que constitue la participation à l’organisation d’activités hors temps scolaires. Nous considérons que les directeurs n’ont aucune responsabilité à prendre dans l’organisation de ces activités hors temps scolaire basées sur le volontariat d’enseignants.

De plus, alors que le ministère refuse tout rattrapage du pouvoir d’achat des fonctionnaires, il développe le système des heures supplémentaires. Il cherche par là à contourner l’exigence de hausse du pouvoir d’achat par une politique de la carotte qui s’ajoute à une culpabilisation latente des enseignants devant une demande sociale forte de réussite scolaire. Aux revendications d’évolution de la grille indiciaire pour tous, il répond par une individualisation des salaires, injuste et inégalitaire. C’est en particulier les femmes, les mères de famille (voire les pères de famille) qui pâtiraient du développement d’un tel système. C’est également une voie ouverte vers le salaire au mérite, aux " plus méritants. " L’augmentation du pouvoir d’achat des enseignants ne doit pas passer par des mesures individuelles du type "travailler plus pour gagner plus".

Ne tombons pas dans le piège. Ce dispositif est mauvais pour nos élèves, il est nuisible pour nos métiers. Le SNUipp dénonce la surcharge de travail pour les directeurs d’école et les collègues de CM. Le SNUipp appelle les enseignants à ne pas rentrer dans le dispositif.

la mise en place au printemps 2008 ?
toutes les questions que vous vous posez et leurs réponses...
qu’en penser ?

Modèle de lettre du conseil des maîtres à l’IA :

Word - 66.5 ko
lettre du conseil des maîtres, stages de printemps
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr