Retour accueil

Réaffectation des 2h. du samedi : pas d’accord !

vendredi 14 mars 2008

Les enseignants ne veulent pas signer le relevé de conclusions, estime le Snuipp-FSU après consultation

"Avis sans appel"

Le fait de consacrer 60 heures à des actions directes en dehors du temps de classe auprès des élèves est jugé inacceptable par 71% des sondés.
55% des enseignants estiment que la suppression de 2 heures hebdomadaires n’est pas une bonne mesure en soi et 76 % d’entre eux estiment que le dispositif proposé ne sera pas à même d’aider à résoudre les difficultés d’apprentissage des élèves.

L’augmentation de 18 à 24 heures du temps consacré au travail d’équipe recueille 42% d’avis favorables contre 55% d’avis défavorables. Les réactions sont également contrastées s’agissant du passage de 12 à 18 heures pour l’animation et la formation (45% pour, 52% contre).
À l’évidence la question du temps de concertation n’est pas résolue aux yeux de la profession.

Les mesures pour la maternelle (intervention en petits groupes centrée sur la maîtrise orale de la langue française et possibilité d’intervenir en cycle 2) sont qualifiées d’inacceptables par 60% des sondés. 36% y sont favorables.

Quelques réflexions sur le protocole

1- les obligations de service des enseignants ne seront plus garanties identiques entre tous (les collègues passant une partie de leurs 60h. avec des élèves en difficulté, auront moins de temps de formation, moins de temps pour rencontrer les parents... sinon à continuer à le faire sur leur temps personnel)

2- le temps de travail hors présence des élèves est maintenant totalement conçu dans un cadre annualisé, permettant à terme, de voir porté atteinte aux temps de congés, aux aménagements de vie personnelle …

3- ce dispositif stigmatise les enfants en difficulté scolaire sans pour autant être de nature à résoudre ces difficultés. Toutes les difficultés ne sont pas dûes à un problème d’apprentissage et de fait ce traitement sera externalisé car non pris en compte sur le temps scolaire (disparition des RASED...)

4- le temps d’école pour tous les élèves est réduit de 2 h. hebdomadaire, mais la vrai question de la lourdeur des horaires n’est-elle pas celle de l’équilibre de l’année scolaire ?

5- pour permettre cette réduction du temps scolaire pour tous, le ministère en parallèle met en place une révision des programmes qui vise à réduite au minimum la formation pour tous (socle commun)

6- ce dispositif est cohérent avec d’autres, notamment :
- Stages de remise à niveau pendant les congés scolaires
- Remise en cause, de fait, de la liberté pédagogique des maîtres à travers des programmes très directifs et essentiellement fondés sur le par cœur et l’acquisition d’automatismes
- Réforme de la notation des personnels qui conduira à un renforcement de l’autoritarisme institutionnel et à une évaluation de nos collègues sur la base des résultats de leurs élèves
- Mise en place programmée des EPEP visant à renforcer la décentralisation du système éducatif, dans le cadre d’une mise en concurrence des établissements (avec publication annoncée des résultats des élèves par école),

En parallèle, plus de 11 000 postes sont supprimés dans l’Education Nationale. Cette mesure de réduction de moyens accompagne la volonté exprimée par le Président de la République, le 1er Ministre comme le Ministre de l’Education de renoncer à la scolarisation des enfants de 2 ans, de redéfinir les missions des RASED en vue de réduire les moyens qui sont affectés dans le sens d’une banalisation de la difficulté scolaire réduite au seul problème de « l’apprentissage ».
Comme d’habitude, ces retraits de postes conduiront à alourdir le nombre d’élèves par classe.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr