Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIETE  / Laïcité - neutralité 


Chanoine de France ou Président de Latran

vendredi 25 janvier 2008

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »

Ces propos d’anthologie n’ont pas été tenus par un haut dignitaire de l’église mais par le chef de l’Etat français, à Rome , devant le Pape.
On se demande quelle étape nous avons manquée et à quel moment, la séparation de l’église et de l’Etat a bien pu voler en éclats !

Le Président de la République avait bien annoncé qu’il voulait dilapider l’héritage de mai 1968 , nous savons maintenant qu’il veut passer à la moulinette celui de 1945, de 1936, de1905, et de tout ce qui est l’héritage social de notre pays. Il est vrai qu’il a décrété lors du même discours d’allégeance à Benoît XVI qu’il est criminel d’oublier l’héritage religieux d’une nation. En Lorraine le même rendait hommage quelques jours plus tôt à la France qu’il aime, celle qui travaille et qui ne se plaint pas. Toujours dresser les uns contre les autres, stigmatiser le « mal » encenser le « bien » et choisir son camp.

- Il est sûr qu’en terme de valeurs , nous préférons la solidarité au dogme du rendement et du résultat.
- Il est certain que nous sommes un rempart contre les entreprises de destructions massives des acquis de siècles de luttes.
- Il va de soi qu’il nous trouvera en travers de son chemin.

Et c’est bien pour cela qu’il s’en prend à nous de manière si brutale.
Nous avons été particulièrement touchés par les vœux de la Ligue des Droits de l’homme.

lire lesvoeux de la LDH :

lire l’article Les cinq fautes du Président de la République

Pour le SNUipp, les discours prononcés au Latran, puis à Ryad, par le Président de la République remettent en cause, la conception de la laïcité telle qu’elle s’est construite en France depuis l’adoption de la loi de 1905.

Les programmes d’enseignement de l’école publique intègrent l’acquisition des connaissances, la transmission des valeurs et l’apprentissage de la citoyenneté. La laïcité est une garantie pour le respect de la liberté de conscience des enfants et des familles.
Les déclarations du président de la République constituent une véritable provocation vis-à-vis de l’école publique et de ses personnels, qui transmettent le respect des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité et de solidarité.

Le SNUipp rappelle son attachement à la laïcité de l’école. Cela doit se traduire par le devoir de scolariser tous les enfants présents sur notre territoire et le soutien aux équipes éducatives qui, au quotidien, construisent l’intégration de tous les jeunes, quelles que soient la situation de leurs parents, leurs origines, leurs opinions philosophiques ou religieuses.

Le SNUipp, avec la FSU, prendra contact avec les différents mouvements laïcs afin de construire une réaction unitaire à un discours qui remet de fait en cause la Laïcité, valeur essentielle de notre République.
Il s’inscrit dans la volonté de la FSU de favoriser à partir de cette démarche la mise en oeuvre d’une veille active, permanente et unitaire visant à empêcher toute remise en cause des principes de laïcité dans notre pays et à réagir rapidement à toute tentative de modification de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat, comme le préconise le rapport Machelon.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr