Retour accueil

Supression du samedi matin : réunion du 18 janvier 2008

vendredi 18 janvier 2008

Compte rendu rapide de la réunion de ce vendredi 18 janvier après midi au ministère, ainsi que la déclaration préalable du SNUipp

Présents : Pour le Ministère : M. Duwoye (secrétaire général), M. Nembrini (Directeur de la DGESCO) et M. Macron (DGESCO) Pour les syndicats : SE, SGEN, SNUipp

Cette réunion a exclusivement portée sur le point organisation du temps de service des enseignants, qui n’avait jusqu’à présent fait l’objet d’aucune discussion avec le ministère. Le SNUipp a réaffirmé et argumenté après avoir lu la déclaration préalable ci-dessous sur, notamment, la nécessité de trois heures de concertation et de la prise en compte de la charge de travail.

Le ministère a annoncé que le volume de temps de concertation évoluerait avançant le chiffre de 54 heures/année devant élèves (ce qui se traduit par une demi heure de concertation et/ou de la formation et une heure trente d’actions auprès des élève par semaine). Il a précisé que l’annonce définitive du ministre interviendrait lors de la dernière réunion du vendredi 25 janvier.

La discussion a également portée sur la méthode de régulation du dispositif. Le SNUipp a rappelé son souhait que le conseil des maîtres prenne les décisions et qu’un cadre national ou à défaut des indications nationales précisent la répartition des 2 heures hebdomadaires dégagées (72 heures annuelles) afin de limiter au maximum les différences d’appréciation des IEN.

Même si le ministère a évolué, les propositions formulées restent très éloignées de nos demandes notamment en matière de temps de concertation et de prise en compte de l’alourdissement de la charge de travail.
Plusieurs points n’ont pas été abordés : maternelle, rural, remplaçants, ...
Des réunions bilatérales sont prévues en milieu de semaine prochaine avant la réunion conclusive du 25.

Remplissez le questionnaire en ligne

Réunion du 18 janvier 2008 sur les heures du samedi matin Déclaration du SNUipp

Nous entamons la 5 ème réunion sur les conséquences de la suppression du samedi matin. Elle est particulièrement importante. En effet les modifications proposées auront des conséquences importantes sur l’organisation de l’école et du service des enseignants. La dernière modification de cet ordre date de 1990 avec la mise en place de la 27 ème heure et celle des cycles.
Le contexte budgétaire et la volonté de ne pas remplacer le départ en retraite d’un fonctionnaire sur deux pèsent lourdement sur le fonctionnement des écoles et les possibilités de transformation de l’école. Après le 20 novembre, les personnels l’exprimeront à nouveau avec force le 24 janvier.

Pour le SNUipp, la transformation de l’école et la nécessité de faire réussir tous les élèves constituent une exigence majeure. Elle appelle davantage de créations de postes dans le premier degré qui permettent de mettre en place des dispositifs nouveaux sans réduire le temps scolaire pour tous les élèves. La prise en charge de la difficulté scolaire doit relever d’une prise en charge individuelle pendant la classe et collective au sein de l’équipe, elle doit être pensée sur le temps des apprentissages au sein de la classe en s’appuyant sur les RASED. Nos collègues aspirent à la mise en place de dispositifs permettant de travailler en groupe, de « plus de maîtres que de classes », de pouvoir dédoubler certaines séquences .
Les dispositifs envisagés à la suite de la suppression de la classe le samedi matin ne peuvent résoudre les difficultés lourdes que rencontrent les élèves. Les missions des enseignants se sont accrues : équipes éducatives, réunions avec les parents, PAI, conseil des maîtres, PPRE, évaluation, scolarisation des élèves en situation de handicap …. Cela se traduit par un accroissement important de la charge de travail : le SNUipp exige donc un allègement et la reconnaissance dans le temps de service de celle -ci.
C’est pourquoi nous demandons la mise en place dans un premier temps de 3 heures de concertation (24 +3) par semaine sur le temps de service.

La transformation de l’école que nous portons et l’ exigence de davantage de travail en équipe nous amène à juger sévèrement la proposition de répartition des horaires proposée par le projet de texte. Elle est inacceptable.
D’ailleurs les 10 000 premières réponses dépouillées de la consultation du SNUipp « Donnez votre avis » montrent avec force la volonté des enseignants de bénéficier de davantage de temps pour mieux travailler en équipe.
La répartition de 68 heures consacrées à des actions directes auprès des élèves et de seulement 2 heures supplémentaires pour la formation et de 2 heures pour le travail en équipe ne correspondent ni à nos demandes ni à celles de notre profession. …

Nous demandons donc avec force de faire évoluer cette proposition en allant vers les 3 heures de concertation hebdomadaires qui sont nécessaires à l’ambitieuse volonté de faire réussir tous les élèves.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr