Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIETE  / Services publics 


Le ‘’trou’’ de la Sécurité Sociale : ces chiffres que les médias cachent

samedi 17 novembre 2007

Le ‘’trou de la Sécu, toutes branches confondues : 11,7 Milliards d’euros pour 2007

( Source : rapport de la Commission des Comptes de la Sécurité Sociale ).

MAIS :

- montant du ‘’paquet fiscal’’ voté cet été en faveur des plus riches : 13 Milliards d’euros.

- dette de l’ Etat envers les caisses de la Sécurité Sociale : les exonérations décidées par les gouvernements successifs provoquent des pertes directes pour la Sécu. L’état ne les compense pas intégralement. Prévisions 2008 : 31,75 Milliards d’exonérations Compensation par l’Etat prévue : 29,25 Milliards ( pris dans les poches des contribuables pour aller dans les poches des entreprises) soit une perte nette prévue de 2,5 Milliards. Pour 2007 la perte a été de 2, 7 Milliards. Pour 2006 de 2,4 Milliards. Pour 2005 de 2,1 Milliards. Sur plusieurs années les pertes cumulées dépassent largement le ‘’trou ‘’ de la Sécu. ( Source : rapport de la Commission des Comptes de la Sécurité Sociale ).

- dette des entreprises envers les caisses de la Sécurité Sociale : le dernier chiffre que nous avons trouvé date de 2003. La dette des entreprises s’élevait alors à 1,9 Milliards. Les trois quarts des dettes patronales ne sont jamais recouvrées. Ca fait combien sur plusieurs années ?

D’autres ressources sont inexploitées :

- l’exonération de cotisations sociales sur les stocks-options représente un manque à gagner de 3 Milliards à la Sécu. ( Source : déclaration de Philippe Seguin, Président de la Cour des Comptes, du 12 septembre 2007).

- la fraude fiscale : évaluée entre 29 et 40 Milliards. Elle porte sur les impôts sur les sociétés, les impôts sur le revenu , sur les prélèvements sociaux. ( Source : rapport du Conseil des Prélèvements Obligatoires).

- taxer les revenus boursiers au même niveau que les salaires rapporterait 13 Milliards.

- supprimer les ‘’niches sociales’’ , c’est à dire les dispositifs dérogatoires aux cotisations sociales : selon la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, les pertes de recettes dues aux niches sociales avoisinent 50 Milliards en 2007.

- augmenter les salaires de 1 % amène 9 Milliards de plus en cotisations dans les caisses de la Sécu.

Le savez-vous ? A l’intérieur de la Sécu, les régimes bénéficiaires renflouent les régimes déficitaires. Voici les chiffres de 2003 : l’aide principale est celle des salariés qui ne sont pourtant pas les plus riches... 6,03 Milliards ont été prélevés dans les caisses des salariés pour renflouer les caisses déficitaires maladie et vieillesse. Certaines caisses de salariés étant déficitaires, ce sont les cotisations des fonctionnaires d’état et des fonctionnaires des collectivités territoriales qui rendent le régime général des salariés globalement positif. En 2003, les premiers ont donné 2,3 Milliards et les seconds 4,9 milliards ! L’aide a été principalement répartie comme suit ( pour avoir tous les chiffres complets des régimes de compensation consulter sur internet le rapport de la Direction de la Sécurité Sociale, Annexe E) : 5,6 Milliards pour les agriculteurs 0, 930 Milliards pour les commerçants et chefs d’entreprise 0,447 Milliards pour les artisans 0,175 Milliards pour les religieux et religieuses. Merci les fonctionnaires ! Merci les salariés !

Ces 25 dernières années, les cotisations patronales ont baissé de 9 %, soit bien plus que le ‘’trou’’ de la Sécu.

Retraites : pour assurer un droit à la retraite à 60 ans avec un niveau de pension convenable, notre pays devrait consacrer à l’horizon 2020, 3 % du PIB, soit une progression de 0,2 % chaque année. Ces chiffres sont issus de documents officiels ; ils sont irréfutables. Et c’est pour cela que les médias, ainsi que les prétendus experts rémunérés par le Medef, les taisent soigneusement.

Le ‘’trou’’ de la Sécu est créé et perpétué artificiellement.

Aux chiffres ci-dessus, il faudrait ajouter les profits énormes des sociétés qui fabriquent les médicaments et s’interroger sur la course à l’argent qui règne parfois dans certains milieux médicaux. Le ‘’trou’’ de la Sécu sert à faire croire qu’il n’y a pas d’autre solution que de payer plus pour avoir moins de retraite ou payer plus pour continuer à avoir accès aux soins. En 1982, salaires et cotisations sociales représentaient 80 % du PIB. Le reste allant aux revenus issus du capital. En 2002, la part des richesses produites revenant aux salariés est tombée à 70 %. Sachant que le PIB s’élève à 1500 Milliards, c’est donc 150 Milliards qui changent de mains chaque année. rien

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr