Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Maternelle 


L’école maternelle : quatre ans pour apprendre

Colloque national du SNUipp

lundi 10 janvier 2005

Christine PASSERIEUX (Conseillère pédagogique à Paris - groupe ESCOL). Elle voit un danger à l’individualisation de l’enseignement qui engendrerait une discrimination renforcée. La tendance serait à baisser les exigences pour les enfants en difficultés ce qui creuserait les écarts entre les élèves. Ce qu’il faut individualiser, ce ne sont pas les contenus de savoirs proposés mais les chemins par lesquels chacun parviendra à se les approprier. Le rapport Thélot propose d’institutionnaliser une école à deux vitesses, les plus fragiles devant se satisfaire d’un minimum qui leur serait adapté.

Anne Marie GIOUX (Inspectrice d’Académie, Inspectrice pédagogique régionale, AGIEM). II existe des apprentissages spécifiques qui donnent à l’école maternelle son statut d’école. Le premier d’entre eux est de faire comprendre à l’enfant qu’il existe des interlocuteurs autres que les parents pour construire des savoirs différents de ceux de la famille. Il y a des savoirs essentiels qui sont la structuration du langage, la structuration de l’espace et du temps qui sont corrélés à l’évolution de la personne elle-même.

C’est dans l’espace et le temps que vont s’inscrire les relations avec les autres.

Bernadette GROISON et Sophie ZAFARI (toutes deux co-secrétaires générales du SNUipp), ont clôturé le colloque en reprenant ce qui ressortait des débats de la journée.

L’école maternelle est aujourd’hui réellement menacée. Nous devons tous nous mobiliser pour que notre école reste l’école de tous et que nous ayons effective- ment les moyens d’en faire l’école de la réussite pour tous.

Compte-rendu rédigé d’après les notes de Maryse GALI et Betty JEAN dit TEYSSIER.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr