Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Pédagogie  / La méthode "De Robien" 


Modification des programmes sans concertation : le ministre persiste… et signe ?

vendredi 30 mars 2007

L ’école primaire aurait donc de nouveaux programmes ! Avant son départ, le ministre tient à mettre une dernière touche à sa « grande oeuvre » : la mise en place du socle commun ne pouvait être complète sans la remise en forme des compétences inscrites dans les programmes et l’élaboration du livret de compétences du socle.

La publication des programmes répond donc à cet impératif, auquel se rajoutent l’intégration des circulaires parues récemment, ainsi que de nécessaires toilettages de forme.

Les compétences exigibles en fin de cycle, déjà présentes dans les programmes de 2002, seront précisées et découpées en attitudes, connaissances et capacités. La nouvelle écriture précise celles qui, abordables dans le cycle, ne seront évaluées au titre du socle que lors du cycle suivant. Les livrets de compétences, qui seront disponibles à la rentrée prochaine, seront élaborés à partir de cette nouvelle structuration des compétences.

Les modifications de structure, légères, ne concernent pas l’architecture générale du texte. Les domaines transversaux de 2002, « maîtrise du langage et de la langue française, et éducation civique », sont réintroduites dans « l’éducation littéraire et humaine ».

La récente circulaire sur les mathématiques ne donne lieu qu’à de très faibles modifications. La modification la plus importante concerne l’étude de la langue qui, au cycle 3, remplace l’observation réfléchie de la langue, disparue non pas corps et biens, mais au niveau de l’appellation.

Paradoxalement, l’esprit de l’ORL semble plus présent et certaines des précisions de cette partie, fortement étoffée, seront les bienvenues, notamment pour le vocabulaire. Les parties concernant les langues vivantes ont été remaniées pour répondre aux niveaux définis par le cadre européen de référence pour les langues.

Au cycle 2, les modifications sur la lecture avaient déjà été intégrées en 2006.

Le SNUipp n’était pas plus demandeur de la mise en oeuvre du socle commun que de la modification des programmes. Il s’est élevé contre la méthode utilisée par le ministère : concertation précipitée et insuffisante, absence d’évaluation des programmes précédents et de leur application (alors que le SNUipp demande la création d’un comité de suivi), inexistence de dispositifs d’accompagnement.

Communiqué de presse du SNUipp

Le ministère de l’Education Nationale a mis à l’ordre du jour du Conseil Supérieur de l’Education du 2 avril des modifications des programmes de l’école primaire. Celles-ci n’ont donné lieu à aucune consultation permettant de recueillir l’avis des enseignants ou de l’ensemble des chercheurs.

Sur plusieurs points, elles introduisent des conceptions passéistes des apprentissages, en contradiction avec les exigences actuelles d’une pédagogie et d’une école pour tous les élèves.

Avant son départ, le Ministre cherche en fait à confirmer dans les programmes, les circulaires déjà parues.

Le SNUipp interviendra avec force auprès du ministère pour que les programmes actuels ne soient pas modifiés.

Paris, le 29 mars 2007

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr