Retour accueil

Sans-papiers : une directrice d’école mise en garde à vue

vendredi 23 mars 2007

La directrice d’une école maternelle parisienne a été placée en garde à vue pour outrage à la suite des incidents qui ont opposé mardi devant son établissement des parents d’élèves aux policiers venus interpeller des parents sans-papiers.

Communiqué SNUipp

Communiqué SNUipp Le SNUipp élève les plus vives protestations vis-à-vis du placement en garde à vue de la directrice de l’école Rampal à Paris 19ème qui est interpellée pour « outrage et dégradation de biens publics en réunion ».

Cette interpellation est inadmissible vis-à-vis d’enseignants qui assurent la scolarisation légale d’enfants dont les parents sont sans-papier. Le SNUipp condamne l’utilisation de violences physiques et gaz lacrymogènes, condamne les tentatives d’arrestations.

Le SNUipp demande que cessent les poursuites à l’encontre de cette directrice et qu’elle soit libérée immédiatement. Il intervient en ce sens auprès du ministère de l’Education Nationale.

Communiqué FSU

Communiqué FSU Suite aux incidents graves qui se sont produits mardi dernier lorsque la police a voulu procéder à des arrestations de parents sans-papiers aux abords de l’école maternelle Rampal à Paris dans le 19ème arrondissement et où la mobilisation des personnes présentes les a empêchées, c’est maintenant la directrice de l’école qui est mise en garde à vue.

Après les gaz lacrymogènes et les coups, la répression se poursuit.

Des délégués syndicaux, des parents d’élèves, des enseignants, RESF sont actuellement devant le commissariat de la rue E. Satie (19è).

La FSU demande la levée immédiate de la garde à vue qui est inadmissible.

Elle rappelle qu’elle condamne la répression et la chasse aux étrangers, doublement insupportable à proximité de l’école.

(Source FSU)

Réaction de Gérard Aschieri

Gérard Aschieri Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, a dénoncé vendredi à Lille l’interpellation le jour même à Paris d’une directrice d’école où s’étaient produits mardi des incidents violents entre parents d’élèves et policiers à propos d’enfants sans-papiers.

"Je suis réellement choqué, jamais on n’avait atteint un tel niveau. Déjà du gaz lacrymogène à l’entrée d’une école mais en plus une tentative d’intimidation manifeste !", s’est exclamé M. Aschieri, en marge du congrès de l’Unef, principal syndicat étudiant, à Lille.

"Le ministre de l’Intérieur doit dire les choses : on ne peut pas être candidat et dire qu’on respecte les enseignants et être ministre de l’Intérieur et couvrir ce type de chose", a ajouté le responsable de la principale fédération de l’Education.

La préfecture de police de Paris a confirmé l’interpellation de la directrice de l’école maternelle Rampal à Paris (XIXe) vendredi et son placement en garde à vue au commissariat Erik Satie pour "outrage et dégradation de biens public en réunion".

Selon Gérard Aschieri, la directrice aurait "essayé de protéger les enfants" pendant les incidents et la police lui reprocherait d’avoir "tapé sur une voiture de police". Elle aurait, selon lui, "été convoquée ce matin au commissariat où elle se serait rendue accompagnée de représentants syndicaux, qui ont été priés de quitter les lieux juste avant son placement en garde à vue".

Des professeurs se sont alors rassemblés devant le commissariat à l’appel de RESF (Réseau Education sans frontières).

Selon Brigitte Wieser, porte-parole du Réseau, des policiers avaient interpellé mardi vers 18H00 dans un café appelé "Le petit Rampal", le grand-père chinois et sans papiers d’enfants scolarisés dans le groupe scolaire de la rue Rampal, tout proche.

Selon RESF, les policiers "n’avaient pas hésité à utiliser la violence physique et à asperger la rue de gaz lacrymogène pour disperser les parents qui s’opposaient à cette interpellation".

(Source AFP)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr