Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARRIERE  / Retraite 


Maigres retraites en vue

jeudi 30 novembre 2006

Les réformes de 1993 (Balladur) et de 2003 (Fillon) ont considérablement durci les conditions du départ en retraite à taux plein. Pour tenter d’en mesurer les conséquences, l’INSEE s’est livré à une série de projections sur les générations de salariés nés entre 1945 et 1975.

Résultat : les droits à pensions des personnes nées entre 1945 et 1974 seront moindres que ceux de leurs aînés même avec une plus longue durée de cotisation.

Public et privé sanctionnés

Les fonctionnaires nés entre 1945 et 1954 partiront en retraite en moyenne 1,5 an plus tard que prévu avant l’entrée en vigueur de la réforme Fillon de 2003.

Les fonctionnaires nés entre 1955 et 1974 en subiront les effets de plein fouet et partiront 2,2 ans plus tard que prévu. Dans le secteur privé, l’impact de la réforme Fillon serait moindre puisque l’âge moyen de départ augmenterait de 0,8 an pour les gens nées entre 1945 et 1974.

Mais il faut se souvenir que le plus gros du durcissement des conditions de départ s’est déjà produit avec l’application du décret Balladur de 1993 (passage de 150 à 160 trimestres de cotisation et prise en compte des 25 meilleures années au lieu des 10 meilleures années pour le calcul de la pension).

Les générations nées après 1945 partiront non seulement plus tard en retraite, mais aussi avec une pension moindre.

Pensions laminées

Le taux de remplacement (le taux de pension au regard du dernier salaire perçu) baissera à nouveau. Cette baisse sera de 1 point pour les fonctionnaires nés entre 1945 et 1954, de deux points pour ceux nés entre 1955 et 1964, de trois points pour les fonctionnaires nées entre 1965 et 1974.

Le durcissement est encore plus violent dans le privé puisque les mê- mes tranches d’âge essuieront respectivement un manque à gagner de trois points, cinq points et sept points par rapport à la situation d’avant 2003.

Dans tous les cas de figure, il faudrait travailler plus longtemps pour avoir droit à une retraite nettement dévalorisée par rapport à ce qui existait avant les réformes Balladur et Fillon de 1993 et 2003.

C’était prévisible

Les projections de l’INSEE font également ressortir que les salariés les plus diplômés rentrés tard sur le marché du travail auront de plus en plus de mal à faire valoir le droit à une pension complète à 60 ans, faute d’avoir cotisé suffisamment. Beaucoup tenteront donc de jouer les prolongations jusqu’à 65 ans et au delà.

Il reste à savoir si ces choix forcés seront possibles, tant au regard de l’état de santé de ces salariés que de la propension des employeurs à licencier les plus âgés. Poser la question c’est y répondre en grande partie.

Mado BONNET

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr