Retour accueil

Vous êtes actuellement : AESH-AED-CUI 


AESH et ASH : Compte-rendu de l’Audience à la DSDEN - Jeudi 24 janvier 2020

lundi 27 janvier 2020

AESH et ASH : Compte-rendu de l’Audience à la DSDEN - Jeudi 24 janvier 2020

AESH et CSG : on est prié d’accélérer ! Au 1er janvier 2018, à la suite de la hausse de la CSG de 5.1% à 6.8%, le gouvernement a mis en place une indemnité compensatrice afin de pallier la baisse du pouvoir d’achat. Cette décision a été suivie de la suppression de cette dernière pour les agent.es recruté.es ou réintégré.es à compter de cette même date. Les agent.es dont les contrats ont été renouvelés tous les ans ont alors vu leur indemnité disparaître au moment du renouvellement, car l’administration a considéré qu’il s’agissait d’un "nouveau contrat". Or, le ministre de l’action des comptes publics a admis que lorsque l’agent dont le contrat est arrivé à terme se voit proposer un autre contrat auprès du même employeur, l’indemnité compensatrice perçue antérieurement peut lui être maintenue dès lors qu’il n’y a pas d’interruption entre les deux contrats. Ce maintien s’applique également dans le cas du passage d’un CDD à un CDI. Le SNUipp/FSU32 a réitéré la demande qu’il avait faite par courrier au DASEN le 17 octobre "de bien vouloir prendre en compte ces différents éléments afin que l’ensemble des personnels AESH du département recruté.es avant le 1er janvier 2018 et ayant bénéficié d’un renouvellement de contrat après le 1er janvier 2018 puissent bénéficier du maintien de cette indemnité. L’administration a répondu que, pour le moment, il n’y avait pas de décision académique et que les arbitrages n’étaient pas encore rendus. Les sommes concernées n’étant pas négligeables (plusieurs centaines d’euros par collègue concerné selon la rémunération), il serait temps de passer la vitesse supérieure !

PIAL : l’usine à gaz connaît des ratés à l’allumage Dans le texte, le PIAL, c’est tout beau tout clair : les missions des coordonnateurs, pilotes, AESH référents, .... sont autant de rouages parfaitement huilés au service de "l’école inclusive" qui est aussi, personne ne peut l’ignorer, celle de "la confiance". Dans les faits, ça tourne un peu moins bien et les bugs sont légion. Ainsi et alors que le DASEN avait en Comité Technique clairement indiqué aux représentant des personnels qu’il n’y aurait pas de directeur d’école Coordonnateur PIAL, il y en a pourtant bien un dans notre département .... Des remontées de terrain nous indiquent aussi que les missions d’AESH référent sont parfois "élargies" au contrôle des emplois du temps de leurs collègues AESH du PIAL .... Et que des pilotes outrepassent régulièrement leur rôle et font preuve d’autoritarisme déplacé. L’IEN ASH a indiqué que les situations étaient très variées d’un département, d’une académie à l’autre et que des audits étaient en cours dans les académies. On aurait peut-être pu imaginer l’inverse : que le terrain soit consulté (les enseignant.es - spécialisé.es ou non - ont peut-être une expertise ?) en amont ....

CAPPEI et 2nd degré : une histoire impossible ? C’est la deuxième année consécutive que des stagiaires CAPPEI 1er degré sont placé.es en ULIS Collège pour leur année de formation et sont confronté.es à des difficultés de fonctionnement (méconnaissance des obligations de service propres aux PE de la part des chefs d’établissement, injonctions inappropriées voire illégales, mise sous pressions diverses, ....). Bien que mesurant l’intérêt pour le 2nd degré de bénéficier de l’expertise en matière d’école inclusive de personnels du 1er degré, le SNUipp/FSU32 a interrogé l’administration sur l’intérêt de telles affectations dans le cadre de la préparation du CAPPEI. L’IEN ASH a indiqué qu’elle trouvait la question légitime et qu’elle soumettrait au DASEN d’autres propositions. Le SNUipp/FSU32 a demandé à ce qu’une attention et un accompagnement particuliers soient portés à ces candidats afin que tout soit mis en œuvre pour leur permettre de réussir leur certification.

CAPPEI et non-remboursement des frais engagés par les stagiaires depuis la rentrée : un oubli .... qui leur coûte cher ! Depuis le début de leur formation (alternance 3 semaines Toulouse / poste dans le Gers), les stagiaires CAPPEI du Gers n’ont perçu aucun remboursement des frais (logement, déplacement) qu’ils ont engagés. D’autres départements (le 65 notamment) remboursant régulièrement les frais de ses stagiaires, le SNUipp/FSU32 a demandé à l’administration ce qui pouvait justifier un tel manquement. Réponse (attention, on se cramponne) : il s’agit d’un oubli ! Il n’y a pas eu d’enveloppe prévue par la DAF pour cela durant l’année civile 2019 ; les remboursements ne pourront donc se faire qu’à partir de janvier (avec effet rétroactif heureusement) avec une nouvelle enveloppe budgétaire. On croit rêver ! Ce n’est pas comme si c’était la première fois que notre département envoyait des stagiaires CAPPEI, c’est le cas chaque année ! L’administration indique que les collègues concerné.es peuvent contacter l’assistante sociale des personnels et solliciter un prêt : c’est trop gentil ....

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr