Retour accueil

Direction d’école : encore loin du compte

jeudi 14 novembre 2019

Une journée de décharge exceptionnelle en novembre ou décembre, un moratoire sur les enquêtes réclamées aux écoles, des réunions de directeurs, voici quelques annonces du ministère à destination des directeurs et directrices. De premières mesures insuffisantes qui doivent en appeler d’autres pour une réelle amélioration de leur situation. Le SNUipp/FSU 32 fait le point.

1 : une journée supplémentaire de décharge a été allouée, pour tous les directeurs d’école, sur la période novembre - décembre 2019.
Dans sa grande mansuétude, le ministre nous accorde 1 journée de décharge .... mais pas par semaine, juste là, une fois, pour l’annonce. Ce n’est pas la période la plus chargée pour la direction, par contre, les remplaçant.es sont normalement bien occupé.es en ce moment.

2 : un moratoire a été décidé, jusqu’à la fin de l’année civile, sur toutes les enquêtes pour lesquelles ils-elles auraient pu être sollicité-e-s.
Suspension des enquêtes pour lesquelles les directeur-trices sont sollicités. Vous noterez qu’on n’évoque pas d’annulation. Et vous noterez l’ironie de ce moratoire quand on demande aux directeur-trices de répondre par un QUESTIONNAIRE à leurs conditions de travail.
Mais cerise sur le gateau, relisez bien le titre : jusqu’à la fin de l’année civile !!! Il fallait oser !! sachant que nous sommes le 14 novembre et que les vacances sont le 20 décembre... Le ministère voudrait paraitre méprisant qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

3 : Des réunions de directeurs d’écoles volontaires seront organisées, dans toutes les circonscriptions.
Les directeurs-trices ont reçu par mail une invitation du DASEN à participer à des rencontres entre pairs et avec les IEN sur les thématiques identifiées : équipe pédagogique, relations avec les parents d’élèves, relations de travail avec la commune ou l’EPCI, relations de travail avec la hiérarchie, etc.
Elles se tiendront en lieu et place des réunions de directeurs du 2ème trimestre (le volontariat s’éloigne...).

Ces réunions conduites par les IEN (notre supérieur hiérarchique) ne doivent pas être l’occasion d’induire des implicites sur des réponses attendues au questionnaire ministériel. C’est pourquoi, participer à ces réunions peut permettre de porter les réelles préoccupations de la direction d’école et ne pas laisser le fantasme du statut être la réponse à toutes les difficultés.
Par contre, si un espace d’échange entre pairs est nécessaire, l’IEN est-il le bon interlocuteur pour parler difficultés et souffrance au travail sachant que la plupart des études montrent qu’un nœud important se situe dans la relation hiérarchique ?

Par ailleurs, le SNUipp-FSU a demandé un changement de temporalité pour éviter que cela tombe en même temps que l’ouverture de la consultation en ligne.
S’il y a bien des enjeux propres aux directeurs-trices, les évolutions sur le fonctionnement et l’organisation de l’école concernent toute l’équipe pédagogique et à ce titre tous-tes les enseignant-es de l’école doivent pouvoir prendre la parole.



Quinze mesures immédiates à prendre
Ces premières mesures sont insatisfaisantes pour répondre aux réalités du quotidien des directrices et directeurs comme de celles du fonctionnement des écoles.
- Le SNUipp-FSU a proposé quinze mesures qui auraient pu être prises immédiatement.
D’ores et déjà, il s’agit de travailler à la création d’emplois avec formation et qualification pour aider les directrices et les directeurs dans un ensemble de tâches d’accueil, de secrétariat, d’aide technique et ainsi leur permettre de se consacrer à l’animation et à la coordination de l’équipe et des projets. Les questions de temps de décharge, de facilitation du travail collectif doivent aussi se concrétiser.

Le SNUipp-FSU rappelle combien les directeurs et directrices jouent un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de l’école et l’urgence à répondre à la dégradation de leurs conditions de travail. De la même manière, le ministère employeur doit garantir bien-être, santé et sécurité au travail de tous les personnels. Afin que les propositions du CTM ne soient pas vécues comme un pis-aller, le SNUipp-FSU demande solennellement au ministre de prendre rapidement d’autres mesures concrètes.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr