Retour accueil

Bilan 2018-2019 du CHSCT-SD du Gers

lundi 30 septembre 2019

Depuis les élections professionnelles de décembre 2018, la répartition des 7 sièges des représentant-es des personnels a changé :

  • 4 FSU (SNUipp, SNES, SNEP),
  • 2 UNSA Education (perte d’un siège)
  • 1 FNEC-FP FO (entrée au CHSCT).

Le secrétariat du CHSCT du Gers, essentiel dans son fonctionnement, reste assuré par la FSU.

5 séances du Comité se sont déroulées cette année, au cours desquelles ont été présentés et validés les rapports de visite des 3 écoles élémentaires (Fleurance, Goutz, Lectoure) et du lycée (Saverne à l’Isle-Jourdain) visités.

Depuis le protocole de réorganisation des écoles rurales signé par les grands élus du département, le CHSCT-SD est saisi systématiquement par le CTSD afin d’examiner les effets des restructurations des RPI sur les conditions de travail des personnels.

L’école de Goutz, déjà visitée dans ce cadre l’année scolaire précédente, a fait l’objet d’une nouvelle visite, aucunes des préconisations émises n’ayant été suivies, et les conditions de travail des personnels et d’accueil des élèves s’étant considérablement dégradées : superficies des 2 classes très inférieures aux recommandations en la matière, absence d’un espace suffisant pour les récréations, tensions entre élèves, difficultés diverses dues à l’exigüité,...

L’école élémentaire de Fleurance a été visitée dans le cadre de transfert des classes du site Monge (fermé pour y construire une nouvelle école) dans des locaux provisoires (sites Pasteur et Côte d’Argent) le temps des travaux, soit 2 ans.

Concernant l’école élémentaire de Lectoure (répartie sur 2 sites jusqu’à la rentrée 2018), la Communauté de Communes a décidé de regrouper toutes les classes sur le seul site Bladé, en attendant la livraison de nouveaux locaux scolaires prévue pour la rentrée 2020, le site Gambetta (qui accueillait 2 classes) devant être utilisé pour accueillir la future maison de santé de la ville.

Nous avons pu constater que ces restructurations d’écoles ont impacté négativement les conditions de travail des personnels et parfois des élèves. Pour certaines collectivités, (avec la "bénédiction" de notre employeur), l’installation à venir dans des écoles toutes neuves justifie la non-réalisation de travaux, certes coûteux, mais urgents en termes d’hygiène ou de sécurité incendie dans les locaux provisoires. Croisons les doigts pour qu’il n’arrive rien d’ici là !

Plus généralement, nous constatons trop souvent que l’entretien des locaux scolaires est loin d’être prioritaire pour les collectivités qui en ont la charge, et que l’Education Nationale ne prend pas ses responsabilités dans ce domaine.

La FSU continue de demander que les IEN soient présents aux séances du CHSCT-SD pour participer au suivi des affaires en cours, notamment en ce qui concerne les travaux. Les retards prévisibles de livraison, la dégradation des conditions de travail et d’accueil, la co-activité école-chantier et toutes les nuisances que cela induit, n’ont pas l’air d’émouvoir la plupart de nos personnels d’encadrement. Il faut bien souffrir quelque temps, 2 ans en l’occurrence, si on veut travailler dans une école neuve ou rénovée ! Une immersion d’une petite semaine sur le terrain, dans ces conditions, les ferait probablement changer d’avis…

Le CHSCT-SD a travaillé en Groupes de Travail à élaborer le plan de prévention départemental et à améliorer le protocole de visite des établissements et le questionnaire préalable sur les conditions de travail.

D’autre part, les cas d’incivilités et d’agressions se multipliant, la FSU a demandé et obtenu que les membres du CHSCT soient informés de ces signalements effectués dans l’application « Fait Etablissement ». Le « Pas de vague » doit disparaitre définitivement. L’administration doit reconnaitre les difficultés croissantes de notre métier et notre hiérarchie doit nous soutenir pleinement. C’est pourquoi le CHSCT a élaboré un protocole à suivre en cas d’agression physique ou verbale d’un personnel. Il a été diffusé dans les écoles et établissements à la pré-rentrée et présenté aux IEN par le DASEN.

Enfin, le CHSCT-SD a saisi le CTSD concernant la situation de l’école Marie Sklodowska-Curie (ex d’Artagnan ) et obtenu une augmentation du temps de décharge de direction d’une journée supplémentaire pour cette année, ainsi que la création d’un comité de suivi émanant du conseil d’école dans le cadre du Plan de Rénovation urbaine du quartier.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr