Retour accueil

Vous êtes actuellement : NOS ACTIONS  / Déclarations 


Déclaration préalable de la FSU, CTSD du 5 septembre 2019

vendredi 6 septembre 2019

Petit tour d’horizon de la rentrée 2019
En plus des guides déjà publiés l’an dernier sur l’enseignement de la lecture et les mathématiques, la circulaire de rentrée pour le 1er degré s’accompagne de nouvelles « recommandations » et indications fortes de pratiques pédagogiques notamment pour l’école maternelle qui fait l’objet de trois nouveaux guides sur le langage, la découverte des nombres et les langues vivantes étrangères.
La lecture attentive de ces recommandations expliquant qu’on doit « éviter d’assoir tous les élèves par terre  », ou encore en rappelant aux enseignants et aux enseignantes qu’ils et elles doivent « après une lecture engager les élèves à prendre la parole et …montrer de l’attention pour ce qu’ils disent  » (sic), pourra également au mieux, prêter à sourire, ou finir de convaincre la profession sur le niveau de confiance qui lui est accordé.

Dès cette rentrée la loi a fixé à trois ans l’âge de l’instruction obligatoire. Une mesure qui n’aura que peu d’incidences sur le taux de scolarisation des élèves ni sur leurs conditions de scolarisation mais qui s’avère par contre un véritable cadeau de financement pour les écoles privées sous contrat.
Une possibilité d’aménagement du temps d’accueil a été consentie pour les petites sections les après-midis. Établie à la demande des familles, elle nécessite la réunion d’une équipe éducative et doit recueillir l’avis de l’IEN. Un système bien lourd pour permettre de répondre à la nécessaire souplesse de scolarisation de ces très jeunes élèves.

Pour la première année une circulaire école inclusive est parue au BO du 6 juin dernier. Elle introduit un service départemental de l’école inclusive avec mission de ressources pour les AESH et les familles ainsi que la création d’un livret du parcours inclusif pour l’élève. Ces mesures ont été annoncées sans jamais parler des moyens mis en œuvre pour les réaliser, ni du temps nécessaire d’appropriation pour les équipes.
- Par ailleurs la circulaire annonce le déploiement des Pôles inclusifs d’accompagnements localisés (PIAL), dispositif qui vise essentiellement à gérer les moyens et les temps d’accompagnement des élèves en situation de handicap en les mutualisant et en renvoyant localement dans les bassins de collège les problèmes de manque de personnels pour assurer ces missions indispensables. D’ores et déjà des problèmes nous remontent du terrain.

Concernant les mesures de rentrée :
Dans le 1er degré, commençons par le positif, il n’y a pas eu, cette année, de postes non pourvus à la rentrée, et donc vous n’avez pas eu non plus besoin de recruter des contractuel.les. Il y a même un léger surnombre qui permettra de faire face aux vacances de poste qui se font jour chaque début d’année.
- Par contre, avec seulement 2 postes, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, il vous sera difficile de répondre à tous les besoins d’ouverture (Estang, Barran, Marambat, IME La Convention, ITEP P.Monello).
Nous constatons qu’il y a eu des fermetures de postes dans des écoles lors de la dernière carte scolaire, où finalement le constat de rentrée fait état de plus d’élèves que ce qui avait été annoncé. Des enseignant.es se sont vus fermer leur poste, il faudra finalement en nommer dans l’urgence pour assurer la rentrée. Tout ça pour ça, a-t-on envie de dire...

Dans le second degré, l’école de la confiance a tenu toutes ses promesses. En effet, on peut faire confiance au ministre M. Blanquer et au gouvernement pour dégrader toujours plus les conditions de travail des élèves et des enseignant-es. Les effectifs par classe sont particulièrement chargés dans les collèges avec des classes à 30 ou très proches en 6ème à Mirande, avec des élèves en Ulis. Les salles de classe ne sont pas assez grandes pour enseigner dans de bonnes conditions. Idem au collège Louise Michel en 6ème et 3ème, 32 élèves en latin au collège Françoise Héritier. Des classes chargées au collège de Lectoure, à Carnot, 37 élèves en TL au lycée Saverne… Des classes ont parfois été ouvertes durant l’été mais avec quels moyens ? Si la marge d’autonomie de l’établissement couvre en partie ou en totalité les besoins, comme à Condom, cela se fait alors forcément au détriment des dédoublements et des projets pédagogiques de l’ensemble du collège, dont parfois le dispositif devoirs faits.

La priorité affichée par le ministère était de faciliter la transition école-collège. Comment pourrait-elle bien se passer dans de pareilles conditions ? La priorité affichée est aussi l’inclusion des élèves en situation de handicap. Comment peut-elle s’effectuer correctement dans des classes à 30 élèves ? La communication ministérielle ne résiste pas aux réalités du terrain que vivent quotidiennement les enseignants et les élèves.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr