Retour accueil

Vous êtes actuellement : NOS ACTIONS  / Déclarations 


CAPD du 4 juillet 2019, déclaration préalable du SNUipp/ FSU

jeudi 4 juillet 2019

Nous siégeons aujourd’hui dans le cadre d’un report de la CAPD du 2 juillet, report que nous avons demandé. En l’absence de la totalité des documents vendredi 28 juin à 17h., nous avons considéré comme impossible de remplir correctement nos missions de représentantes des personnels pour une CAPD devant se tenir le mardi suivant.

Nous nous permettons de croire que notre rôle d’élues des personnels est important dans les instances paritaires. C’est en tout cas le message que nous ont donné les 60% d’enseignant-es qui ont participé aux élections professionnelles de décembre dernier.
Il s’agit pour nous élues, avant chaque instance, de vérifier les données que nous fournit l’administration, de prendre des informations auprès des collègues concernés, d’échanger avec les services lorsqu’ on remarque des erreurs. Cela n’est possible qu’avec du temps pour cela. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il y a un délai règlementaire de 8 jours pour communiquer les documents aux représentant-es du personnel.
Or, cela fait maintenant plusieurs fois que nous ne les avons que 2 ou 3 jours en amont. Comment faire notre travail correctement dans ces conditions ? Nous sommes avant tout des enseignant.es. Lorsque nous sommes en classe, nous y sommes à 100%, nous ne pouvons pas contacter nos collègues.

Quant aux instances elles-mêmes, elles doivent continuer à se tenir lorsque les représentant.es des personnels sont déchargé.es. Nous organisons nos journées de décharge depuis plusieurs années afin de ne pas avoir à demander des autorisations d’absence, dans l’intérêt du service et de nos élèves. Nous tenons à ne pas quitter nos classes constamment.
Pour nous, élues du SNUipp/FSU , ces instances ont du sens, nous ne les considérons pas comme de simples chambres d’enregistrement. Les échanges qui s’y tiennent permettent régulièrement, dans le respect des règles, de faire évoluer des décisions dans l’intérêt des enseignant.es et en toute transparence.

- Il n’est pas question ici de remettre en cause le travail des personnels administratifs qui subissent eux aussi les restructurations et les fermetures de postes, et qui, malgré tout, agissent toujours au mieux des intérêts des enseignant-es. Pour travailler depuis longtemps à leurs côtés, nous le savons bien.
- Il est question d’interroger notre hiérarchie sur ce changement d’attitude qui permet de donner aux enseignant-es des décisions avant même la tenue des instances, d’écarter les représentant-es des personnels en modifiant des décisions sans, ne serait-ce que les en informer, de considérer que l’avis des IEN suffit et qu’il n’est pas utile de demander celui des élues... bref de minimiser les CAPD, leurs avis, et les élues qui y siègent.
La réforme de la fonction publique prévoit de se passer prochainement des instances paritaires. Nous y sommes au contraire très attaché.es et entendons, aussi longtemps qu’on le pourra, y jouer pleinement notre rôle.

Concernant l’accès à la Hors Classe, nous rappelons ici que l’esprit du PPCR est bel et bien un accès à la hors-classe pour toutes et tous.
Il y est écrit que « la carrière des agents a désormais vocation à se dérouler sur au moins deux grades ». C’est une avancée à mettre au crédit de l’action des organisations syndicales. Soyons clair : l’ancien système de promotion n’était pas un modèle d’équité, loin s’en faut.
Mais malheureusement, nous sommes dans des années de transition pour les passages à la hors classe en raison des choix imposés par l’actuel gouvernement.
- Le fait que le ministère limite l’augmentation des promu-es ( 44 cette année pour le Gers, 41 les deux dernières années !),
- qu’il refuse la révision des appréciations, est source d’inéquité et d’incompréhension.
- le mauvais paramétrage du logiciel de l’Education Nationale qui permet que des collègues au 10ème échelon depuis 4 ans aient les mêmes points d’ancienneté que ceux au 10ème depuis 3 ans est injuste. Prévenu dès juillet 2018 par les élu-es SNUipp/FSU, le Ministère n’a pas souhaité modifier ce paramétrage, « trop compliqué » et aux vues des bugs lors des élections professionnelles ou du logiciel du mouvement, on se dit que finalement il vaut peut-être mieux...

Avec le protocole PPCR, les collègues en fin de carrière (notamment les collègues anciens instituteurs) attendent la hors classe promise pour partir en retraite. Le bulletin officiel indique« dans l’objectif de permettre aux agents de dérouler leur carrière sur au moins deux grades, vous porterez une attention particulière aux agents qui arrivent en fin de carrière. » 

Nous vous demandons donc, monsieur l’Inspecteur d’Académie que les collègues proches de l’âge de la retraite puissent intégrer la liste des promu-es à la Hors Classe. De même, les enseignant-es qui ont fait un recours sur leur appréciation doivent voir leur demande aboutir.
Nous vous demandons de faire remonter au Ministère les injustices pointées : non révision générale des appréciations, mauvais paramétrage du logiciel, trop faible augmentation du nombre de places pour le département.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr