Retour accueil

Vous êtes actuellement : NOS ACTIONS  / Déclarations 


Déclaration préalable, Conseil de formation du 20 juin 2019

mardi 25 juin 2019

Lors de leur examen de la loi Blanquer, les Sénateurs avaient proposé un amendement rendant la formation continue obligatoire pendant les vacances. On croyait cela écarté par la commission mixte des parlementaires.

Or, dans un décret présenté au CTM mercredi 12 juin, le ministère introduit la possibilité d’organiser jusqu’à cinq jours de formation des personnels sur leur temps de vacances.

- On sait que les enseignant.es veulent plus de formation continue. Mais cette proposition montre combien nos cadres dirigeants sont déconnectés de la profession. Est-il nécessaire de rappeler que le travail des enseignant.es ne se réduit pas au temps passé devant les élèves ? Plusieurs enquêtes ont été menées sur le sujet. L’une d’entre elles, menée par la DEPP évalue ainsi à 44 heures par semaine le temps de travail effectif des enseignant.es, auxquelles il faut rajouter 11 journées en moyenne sur le temps de vacances.
- On sait aussi que les conditions de travail se dégradant, beaucoup de professeurs ne tiendraient pas, sans la coupure des vacances.

Bien-sûr, les professeurs sont aussi demandeurs de formation. Mais le Ministère ne veut pas se donner les moyens (en termes de remplacement) de leur en proposer une digne de ce nom.

La possibilité de rémunérer ces formations (c’est ce que prévoit le projet de décret) n’est pas pour nous la réponse adaptée. Certes les enseignant-es français-es sont mal payé-es et il est sans doute plus facile de payer 5 jours de formation à certains que d’augmenter le point d’indice pour toutes et pour tous.

Salaire et formation insuffisants ? Les solutions proposées par Jean-Michel Blanquer ne sont pas les bonnes.
Pour le SNUipp-FSU, la formation continue est essentielle et doit se faire sur le temps de service avec les moyens en remplacement nécessaires.
- Dans notre département, il n’y a que 9 postes de remplaçants dédiés à la formation continue. C’est trop peu pour assurer une formation continue accessible à un nombre significatif d’enseignant.es.

Par ailleurs, la circulaire de rentrée dédiée à l’inclusion insiste, à juste titre, sur la nécessité de renforcer l’appartenance des personnels AESH à la communauté éducative. On ne peut que le partager. Néanmoins, nous pensons que pour atteindre cet objectif, il est important -et par ailleurs réglementaire- de leur donner un accès à une formation continue réelle, tant en termes de contenus scolaires que de didactique sur la manière d’accompagner les élèves en situation de handicap.

Le SNUipp/FSU réclame des moyens à la hauteur des besoins pour les enseignant.es et les AESH, sur leur temps de service.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr