Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIETE  / Droit du travail 


Centenaire de l’OIT

jeudi 2 mai 2019

jeudi 9 mai conférence-débat 20h salle du Mouzon à Auch, avec Bernard Thibault, membre du conseil d’administration de l’OIT représentant les salariés français

A l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail (OIT)

L’INSTITUT DEPARTEMENTAL D’HISTOIRE SOCIALE CGT DU GERS - ATTAC 32 - AMNESTY INTERNATIONAL UD CGT - FSU - SOLIDAIRES - CONFEDERATION PAYSANNE - LES AMI-E-S, LECTRICES ET LECTEURS DE L’HUMANITE—LA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME vous invitent

Le jeudi 9 mai à une conférence-débat public 20h salle du Mouzon à Auch (entrée libre) « Les apports de l’OIT en 100 ans, ses objectifs pour les années à venir » Avec la participation de Bernard Thibault Membre du conseil d’administration de l’OIT représentant les salariés français.

Le même jour à
- 11 h rencontre avec les salariés de Latécoère à Gimont
- 14h à 15h30 : Conférence pédagogique avec les étudiants de l’IUT à Auch « Concurrence et dumping social et santé et bien être au travail”
- 15h30 participation à la manifestation pour la Fonction Publique


L’OIT est une institution spécialisée de l’Organisation des Nations Unies (ONU) dont l’objectif est le maintien de la paix par la promotion de la justice sociale.
Créée en 1919, dans le cadre du traité de Versailles qui mettait fin à la Première Guerre mondiale, l’OIT est l’aboutissement de luttes ouvrières sévèrement réprimées dans les pays industrialisés

Elle est la seule organisation internationale tripartite, ce qui signifie qu’employeurs et salariés y sont représentés aux côtés des gouvernements.

Son rôle est considérable : il consiste à élaborer et faire appliquer les normes assurant la protection des droits de l’homme au travail.
Les conventions de l’OIT sont négociées par les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs. Elles se répartissent en trois catégories :

  • · Les conventions fondamentales qui couvrent le travail des enfants, le travail forcé,
  • la discrimination au travail, le droit d’organisation et la négociation collective ;
  • · Les conventions de gouvernance qui renforcent le dialogue social, l’inspection du
  • travail et les politiques en faveur du plein emploi, productif et librement choisi.
  • · Les conventions techniques qui concernent une large gamme de questions, y
  • compris certaines catégories particulières de travailleurs, les salaires minimaux,
  • les retraites, la sécurité et la santé au travail.

Les 189 conventions et 205 recommandations adoptées par les 187 États Membres au cours des 100 dernières années constituent la pierre angulaire de l’OIT et de son mandat.
Désignée comme la « conscience sociale de l’humanité », elle s’efforce de faire respecter les droits de l’homme à un travail décent face aux tenants du libre-échange.

- Son utilité est plutôt bien reconnue et l’ensemble de ses normes, que l’on désigne généralement sous le vocable de « Code International du Travail » influence progressivement les législations et les mentalités.

La contribution sociale des normes de l’OIT est indéniable dans les pays où les syndicats et les juridictions peuvent se les approprier.
C’est ainsi qu’en 2008, le gouvernement français a dû renoncer à son Contrat « nouvelles embauches » (CNE) mis en place l’année précédente et condamné par l’OIT suite à une plainte syndicale.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr