Retour accueil

Vous êtes actuellement : ESPE 


Formation des enseignant-es en danger

vendredi 18 janvier 2019

En octobre dernier, le ministre de l’éducation présentait sa loi pour une école de la confiance, loi fourre-tout où se trouve notamment plusieurs articles sur la réforme de la formation initiale.

Cette réforme est construite autour de 4 axes : mettre en place des pré-recrutements dès la L2, modifier l’architecture de formation, resserrer la formation initiale sur les fondamentaux, mettre sous tutelle les ESPE.

- Ainsi, cela permettrait surtout d’avoir un vivier de remplaçants à bas coût (étudiants en licence) au détriment de la réussite des étudiants qui se verraient embauchés en plus de leurs emploi du temps universitaire.

- En ce qui concerne l’architecture de la formation, l’admissibilité se situerait en L3 et l’admission en M2. Les admissibles seraient alors contractuels enseignants , au risque que leur affectation suive une logique de gestion et non de formation. En M1 , ils seraient à tiers-temps en responsabilité et à mi-temps en M2. La titularisation n’interviendrait qu’en M2+1 ou M2+2. Le volume de formation en M1 sera, de fait, par rapport à l’heure actuelle, diminué.

Qu’adviendra-t-il alors des admissibles en cas de non réussite aux épreuves d’admission ? On peut craindre l’éventualité de la création d’un vivier de futur-es contractuel-les.
- Choix serait fait de resserrer la formation autour des indispensables à la prise de poste mais également autour des fondamentaux. A été évoquée l’idée de maquettes avec des volumes horaires de français et de maths de plus de 50% du volume horaire global, réduisant de fait les volumes des autres domaines. Ce resserrement des contenus de formation renvoie à la vision d’un-e enseignant-e qui n’est pas concepteur-trice de son métier, mais un simple exécutant.

- La mise sous tutelle des ESPE, (qui se nommeront INSPE), s’organise en changeant les modalités de nomination des directeurs des INSPE. Ils seront dorénavant nommés par décret du ministre de l’éducation nationale. Cette procédure sonne comme une mise au pas des formateurs et des établissements de formation, ainsi que d’une reprise en main de la formation en elle-même, de l’organisation jusqu’au contenu.

Vers quoi allons-nous aller ? Un véritable établissement de formation des enseignants ou une usine à petits soldats sachant lire des livrets d’évaluations nationales et appliquer les directives d’un ministre autoritaire ?

Avec une entrée en vigueur prévue à la rentrée 2019, nous avons la confirmation que notre ministre veut aller vite, pour pouvoir rapidement formater les INSPE et les futurs enseignants, afin que son école de la « confiance », basée sur l’obéissance, le contrôle et les évaluations deviennent une réalité.

Il nous appartient de faire en sorte que ça ne devienne pas notre réalité.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr