Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIETE  / Droit du travail 


Le CPE va à l’encontre de l’école

lundi 27 février 2006

Ne nous y trompons pas, le CPE révolutionne le droit du travail. La période d’essai de 2 ans qu’il introduit, dans la suite du CNE, a vocation à s’étendre au CDI. C’est une étape clé dans la destruction programmée du droit du travail. Le contrat de première embauche fait de la précarité un passage obligé pour tous les jeunes. Vous voulez un emploi fixe ? Alors vous devez en passer par un contrat précaire.

Évidemment, un tel message rétroagit sur l’école. Même si ce n’est pas son unique objectif, elle forme les jeunes dans la perspective d’accéder à un emploi. Faire savoir que, quels que soient leurs efforts, tous en passeront par la précarité altère forcément leur appétit à être formés. Donc notre capacité à y travailler. La désillusion à l’égard de l’école est déjà présente dans les zones "sensibles". Les discriminations à l’embauche, entre autres, agissent immédiatement sur la vision qu’ont les élèves de l’école. Le CPE risque de généraliser ce problème, et va à l’encontre de la bataille de l’école pour que chacun puisse accomplir sa vie. Accéder à un logement, construire son couple, réaliser ses projets... Ceux qui subissent la précarité savent à quel point elle pèse sur tout leur quotidien.

On nous dit, enfin, que le CPE va empêcher que les jeunes soient refoulés du monde du travail ? Encore faudrait-il démontrer que c’est le CDI qui fait obstacle à leur embauche. L’allongement des cotisations de retraite et la baisse des recrutements par concours dans la fonction publique vont, eux, clairement à l’encontre de l’emploi des jeunes.

Betty JEAN DIT TEYSSIER

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr