Retour accueil

Vous êtes actuellement : NOS ACTIONS  / Déclarations 


Déclaration préalable CTSD du 6 septembre 2018

vendredi 7 septembre 2018

Tout d’abord, au nom de la FSU du Gers, nous vous souhaitons la bienvenue dans notre département, M. le Directeur Académique, et espérons que nous pourrons ensemble quoique chacun dans son rôle, oeuvrer pour le service public d’éducation en recherchant toujours les meilleures conditions d’ apprentissage pour les élèves, ainsi que les meilleures conditions de travail pour les enseignantes et les enseignants. Car nous en sommes persuadés, cela va de pair.

Dans le 1er degré :
nous travaillons aujourd’hui sur le sujet de la carte scolaire, complexe s’il en est, dans un département contrasté comme le nôtre,comme vous avez déjà dû le constater.
- L’est du département est directement sous l’influence toulousaine avec une démographie dynamique.
- Certaines zones sont au contraire très rurales, desservies par de petites routes qui allongent sensiblement les temps de trajet. Les écoles y sont parfois le dernier service public du territoire et si leurs effectifs semblent favorables, il faut garder à l’esprit qu’elles ont souvent des classes à plusieurs niveaux.
- Parfois les hausses démographiques ne sont pas où on les attendrait, c’est ainsi que les écoles de Nogaro, à l’ouest du département ont connu des hausses d’effectifs ces dernières années.
- Il y aussi des mouvements de population liés à certains métiers saisonniers ou à des migrations contraintes dans certains secteurs. Il y a encore des difficultés sociales grandissantes dans d’autres secteurs.
Ce sont des défis auxquels l’Education Nationale doit répondre pour donner à chacun les mêmes chances. C’est ce que, en tenant compte des spécificités de chaque territoire, la FSU défend au quotidien.

En cette rentrée 2018, votre réserve est faible pour répondre aux besoins d’ouverture des écoles du département, Cazaubon maternelle - Marciac maternelle - Masseube - Montaut les Créneaux. La dotation/taxation pour la carte scolaire établie en mars 2018 n’avait déjà pas permis d’ouvrir tous les postes classes nécessaires, ni les postes dédiés aux décharges de direction des petites écoles, ni les postes de remplaçant-es (notamment formation continue), ni les postes en spécialisé.
Il y a donc une nécessité vitale à obtenir pour le Gers des dotations de postes positives.

Dans le second degré,
la rentrée 2018 se passe dans une ambiance plutôt tendue en terme d’effectif par classe.
Le seuil de 30 élèves est dépassé dans certains collèges, les classes à 36 élèves ne sont plus l’exception en lycée. Le ministère avait légèrement abondé les dotations horaires pour faire passer auprès des collègues la réforme des collèges ; les moyens sont aujourd’hui retirés et la réforme montre son vrai visage : un moyen de faire des économies budgétaires au détriment des conditions d’enseignement des élèves et des conditions de travail des enseignants.
- Nous ne doutons pas que la réforme du lycée et du baccalauréat a le même objectif, la réduction des horaires d’enseignement permettant de compenser partiellement la pénurie de professeurs remplaçants.

Par leur grève de mardi dernier, les enseignant-es du collège de Condom ont pu obtenir quelques heures pour desserrer la contrainte en 5ème mais combien de situations similaires resteront sans réponse et sans espoir d’amélioration. Les conditions de travail dégradées sont supportées individuellement par les enseignants mais conduisent à une souffrance au travail et donc à des absences, souvent non remplacées.
C’est, au final, la qualité du service d’enseignement qui en pâtit.

D’ores et déjà, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, la FSU du Gers attire votre attention sur une des spécificités du département qui a des impacts importants sur les Services Publics et notamment celui d’Education, 1er et 2nd degré confondus : la ruralité. Cette spécificité est malheureusement une réalité niée par nos gouvernements successifs.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr