Retour accueil

Vous êtes actuellement : NOS ACTIONS  / Déclarations 


Déclaration préliminaire FSU-UNSA-SGEN au CDEN du Gers du lundi 13 février 2006

Une scolarité au rabais dans une école inégalitaire

lundi 13 février 2006

Moins d’enfants de 2/3 ans scolarisés en maternelle, des classes surchargées dans les écoles et les établissements du 2ond degré, des orientations précoces et irréversibles pour les jeunes en difficulté, moins de formations en lycée professionnel, ... C’est une scolarité au rabais qu’on veut nous imposer dans une école inégalitaire.

Trois mois après la "crise des banlieues", les dernières annonces du premier ministre et du ministre de l’éducation nationale confirment une politique de restrictions budgétaires qui touche particulièrement le Service Public d’Education.

Cette politique va de pair avec un abandon des personnels qui sont confrontés à des conditions d’enseignement de plus en plus difficiles. Mais avant tout, c’est un recul sans précédent du droit à l’éducation pour tous qui est programmé.

Moins d’enfants de 2/3 ans scolarisés en maternelle, des classes surchargées dans les écoles et les établissements du 2ond degré, des orientations précoces et irréversibles pour les jeunes en difficulté, moins de formations en lycée professionnel, ... C’est une scolarité au rabais qu’on veut nous imposer dans une école inégalitaire.

Alors que les exigences actuelles des métiers sont grandissantes, le gouvernement propose d’abaisser l’âge d’accès à l’apprentissage à 14 ans, à des jeunes qui une fois sortis du collège ne pourront plus accéder à cette culture commune qui y est dispensée. On ne fera pas mieux réussir tous les élèves en leur offrant moins d’école.

Pour parachever le tout on veut nous faire croire que l’avenir des jeunes dans la société doit passer par le « contrat de première embauche » (CPE), alors qu’il généralise la précarité.

Cette politique inégalitaire pour les élèves se réalise aussi à coup de coupes sombres dans l’emploi.
- Seulement 740 postes de plus pour accueillir 34 000 élèves en plus dans le 1er degré à la rentrée 2006
- 20 000 emplois d’enseignants en moins dans le 2nd degré en 4 ans.
- Toujours moins d’encadrement éducatif : assistantes sociales, infirmières, personnels de surveillance...

Il n’est pas question pour nous de se résigner à la misère éducative. Des solutions existent pour assurer la réussite de tous les jeunes, pour s’attaquer aux inégalités scolaires et sociales dans l’école.
- Renforcer l’école maternelle
- Abaisser les effectifs des classes, multiplier les dédoublements et le travail en petits groupes
- Améliorer l’accueil et l’encadrement éducatif des élèves en créant tous les emplois nécessaires
- Améliorer la formation initiale et continue des personnels
- Engager une politique ambitieuse de recrutement pour remplacer tous les départs à la retraite et couvrir les nouveaux besoins

Cela implique un nouvel élan, un engagement national que nous estimons devoir être à la hauteur et dans les moyens d’un Etat développé.

Déclaration préliminaire au CDEN du lundi 13 février 2006 de Betty JEAN DIT TEYSSIER au nom de FSU, UNSA, SGEN.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr