Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIETE  / Politique sociale et solidarités 


Journée de "solidarité" (lundi de Pentecôte 2006)

vendredi 20 janvier 2006 (Date de rédaction antérieure : 6 janvier 2006).

L’an passé, la loi nous imposait de travailler le lundi de Pentecôte. Nous avions organisé la riposte, avec le soutien des parents, en faisant grève ou en assurant un simple accueil des rares enfants présents.

Cette année encore, la loi nous impose 2 demi-journées dites de "solidarité". Cette année encore, organisons la riposte. Le SNUipp appelle les collègues à ne pas répondre aux IEN, ne pas envoyer de dates... et propose que le conseil de maître écrive au Ministre sous couvert de l’IEN selon le modèle de lettre ci-dessous.

N’oublions pas que les salariés restent largement contre cette mesure... N’oublions pas que nos IEN sont aussi des salariés qui savent ce que sont les revendications et la lutte puisqu’ils viennent d’obtenir des avancées pour leur corps après une période de grève "administrative".

D’ailleurs dans certains départements, certains IEN ont fait savoir qu’ils ne contrôleraient pas les présences...

Un peu de solidarité... dans un monde de brutes

Merci de nous envoyer copie du courrier.

Betty Jean dit Teyssier


Comment réagir ? une proposition d’action du SNUipp

Suite au courrier de l’IA de décembre sur l’organisation de la journée de solidarité en remplacement du lundi de Pentecôte travaillé, les IEN proposent aux écoles de choisir les dates des 2 demi-journées "dûes".

Comme nous l’avons écrit, le SNUipp reste opposé à cette mesure de travail gratuit quelle que soit sa forme...

Les 7 heures non payées que l’on veut nous imposer sont de trop !!! Les enseignants donnent déjà de leur temps personnel pour assurer toutes les tâches qui permettent de faire fonctionner les écoles.

C’est pourquoi le SNUipp appelle les collègues à ne pas répondre, ne pas envoyer de dates... et propose que le conseil de maître écrive au Ministre sous couvert de l’IEN selon le modèle de lettre ci-dessous.


Ecole : ..............................................................................

Conseil des maîtres du ................................................

à M. le Ministre de l’Education Nationale s/c de Mme ou M. l’I.E.N.

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,

Vous nous demandez notre avis sur l’organisation de deux demi-journées de concertation qui nous sont imposées au titre de la solidarité.

Cette décision unilatérale est injuste et inefficace. Deux demi-journées imposées de travail gratuit seraient sensées contribuer à cette solidarité. Pour garantir la prise en charge solidaire de la perte de l’autonomie, en raison de l’âge ou du handicap, d’autres choix sont nécessaires et possibles.

Nous sommes pleinement investis dans notre mission. En plus des heures d’enseignement, nous consacrons toujours plus de temps au nécessaire travail en équipe, aux équipes éducatives, aux concertations, aux relations toujours plus nombreuses avec nos partenaires, avec les familles de nos élèves. Nous sommes déjà contraints de consacrer une part de notre temps personnel pour assumer toutes ces tâches.

Ce temps dépasse largement les deux demi-journées que vous voulez nous imposer. Vous voudrez bien considérer, Monsieur le Ministre, que nous accomplissons déjà ce temps de travail.

Modèle de lettre au Ministre

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr