Retour accueil

Vous êtes actuellement : INSTANCES PARITAIRES  / CTSD et CDEN 


Compte-rendu du CTPD du 8 décembre 2005

Points soulevés par le SNUipp

lundi 12 décembre 2005

Devoir de discrétion

Les collègues d’une école de l’est du département ont eu la désagréable surprise d’apprendre que la mairie avait organisé une réunion avec les services de la CAF, la DDASS, le CLAE, le centre de l’ESSOR au cours de laquelle le Secrétaire Général de cette mairie a souhaité avoir connaissance des noms des enfants et des familles aidés par ces différentes structures. Précisons que le centre de l’Essor prend en charge certains élèves des écoles.

En apprenant cela, les collègues ont vivement protesté, le devoir de discrétion s’imposant à tous les professionnels qui côtoient des enfants. La psychologue du secteur en a d’ailleurs informé l’IEN de la circonscription.

Du côté de l’IA également, la réponse est catégorique : les écoles n’ont pas à répondre à ce genre de demande.

Gendarmes dans une école, suite

Face à pareille situation, quelle conduite tenir ?

Pour l’IA, il serait judicieux que cela ne se reproduise pas, le bon sens doit l’emporter. En cas d’instruction du procureur force est à la loi. Dans tous les cas, l’IA souhaite être informé à la seconde.

Neutralité commerciale, une aide précieuse

Le réglement départemental des écoles sera prochainement enrichi d’un paragraphe qui rappelle la règlementation en matière de neutralité des établissements scolaires, et qui permettra à tous ceux qui le souhaitent de mieux résister aux sollicitations commerciales : "Les établissements scolaires doivent respecter le principe de neutralité du service public de l’éducation et y soumettre leurs relations avec les entreprises industrielles et commerciales. Il est notamment interdit tout démarchage de ces entreprises en milieu scolaire, toute diffusion des données personnelles des élèves dans le but de réaliser un fichier client, tout encart publicitaire sans lien avec le service public de l’enseignement, toute installation de distributeurs automatiques de boisson ou d’alimentation.

Les actions de partenariat doivent respecter les principes suivants : assurance d’un intérêt pédagogique du projet, élaboration d’une convention avec l’entreprise, liberté de choix de l’établissement scolaire, nécessaire identifiant de l’entreprise."

Lundi de Pentecôte, c’est toujours non

Malgré les flops de l’an passé, le gouvernement n’a pas abandonné le principe d’une journée de travail gratuite au titre de "la solidarité". Dans l’Education Nationale, le Ministre prévoit d’augmenter le temps de travail des personnels de 7 heures sans que les enfants aient classe le lundi de Pentecôte. Il pense ainsi éviter les réactions des familles. Il impose aux enseignants de consacrer ces heures à la concertation sur le projet d’école.

Dans le Gers, les modalités pratiques sont en cours. Les IEN demanderont prochainement aux conseils de maîtres de choisir 2 demi-journées parmi quelques propositions de dates (mercredis ou samedis).

Pour garantir la prise en charge solidaire de la perte de l’autonomie, d’autres choix sont nécessaires et possibles. Le SNUipp continue à dénoncer la décision gouvernementale autoritaire, injuste et inefficace.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr