Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carte scolaire 


Carte scolaire 2018 : quelques éléments d’analyse

jeudi 15 février 2018

Pour le SNUipp/FSU, il ne peut pas y avoir de carte scolaire satisfaisante avec une taxation de 2 postes.
Nous l’avons dit, et avons voté contre le projet de la DASEN, avec l’ensemble des organisations syndicales.
Nous refusons cette logique de redéploiement des moyens. Le SNUipp/FSU défend au contraire un projet ambitieux pour l’école et cela passe par des créations de postes et donc un budget à la hauteur.

100 postes pour la ruralité, Et nous ?
Le budget de l’Education nationale a créé une réserve de cent postes au titre de la ruralité. Notre académie compte quelques-uns des départements les plus ruraux de France.
Aussi, toutes les sections départementales du SNUipp/FSU se sont associées dans un courrier commun pour demander, à ce titre-là, une dotation au Ministère de l’Education Nationale.
Extrait :
"La ruralité de la plus grande partie de nos départements nécessite des taux d’encadrement élevés. Ils se traduisent par un nombre d’élèves par classe plus faible mais avec plusieurs niveaux par classe. Ils sont la seule garantie d’accès pour tous nos élèves à un Service Public d’éducation de proximité.[...]
Par conséquent, nous vous demandons, Monsieur le Ministre, d’abonder la dotation de l’Académie de Toulouse de tout ou partie de ces postes supplémentaires pour maintenir une Ecole Publique de qualité sur l’ensemble de nos territoires
."



E/C le diktat ?
Depuis 2 ans, l’utilisation par notre hiérarchie du E/C(moyenne des élèves par classe) comme seul critère de classement des écoles, en lieu et place des seuils d’ouverture/fermeture, amène à comparer ce qui n’est pas comparable. Et ainsi que nous l’avions pressenti, ce critère change chaque année au gré de la volonté (ou de l’absence de moyens) de la DASEN.
Pour mémoire, E/C utilisés en 2017 : mater 22, élém 22,40, primaires 19,03, RPI 19,39. Cette année, après fermeture il ne devait pas dépasser 24… et l’an prochain on ira jusqu’où ?



RASED : les grands laissés pour compte
Un enseignant référent de plus (soit 6 au total), 2 départs en formation CAPPEI (ULIS école et Unité d’Enseignement) et toujours aucune ouverture de poste ni départ en formation RASED, alors que plusieurs départs à la retraite se profilent dans les années à venir et qu’il n’y a plus, dans le Gers, qu’un seul RASED par circonscription.
Il n’est pas question ici d’opposer stérilement handicap et grande difficulté scolaire : l’école a besoin des compétences de l’ensemble de ses professionnels pour lutter efficacement contre les inégalités scolaires et accompagner une transformation profonde vers une école inclusive. Pour autant, il ne peut qu’être encore une fois constaté la volonté institutionnelle de privilégier systématiquement l’ouverture de postes « handicap » et « d’oublier » les besoins des dispositifs de prévention des difficultés durables d’apprentissage.
Et cette approche ne semble souffrir aucun questionnement, à tel point que notre administration n’a même pas fait l’effort de présenter au CTSD des données chiffrées actualisées relatives à l’activité des enseignant.es référents et pouvant justifier l’ouverture d’un 6ème poste…
Il est tout à fait dommageable que notre administration se dispense de toute réflexion dès lors que le mot handicap est prononcé.
La prévention de la difficulté scolaire constitue une mission essentielle de l’école et des moyens humains devraient lui être attribués à hauteur des besoins constatés.



Vers la fin des conseillers pédagogiques en EPS ?
Surprise ! Lors du CTSD, la DASEN a proposé de transformer un poste de conseiller pédagogique EPS en conseiller pédagogique généraliste. Les élues du SNUipp/FSU ne peuvent que craindre que ce soit au détriment des rencontres sportives inter-écoles et de l’organisation des activités de natation, pour lesquelles l’aide des conseillers pédagogiques EPS est précieuse. On nous a assuré que tous les conseillers pédagogiques, de par leur polyvalence, étaient en capacité de se répartir ces missions.
- Pour le SNUipp/FSU, le risque est grand, à partir du moment où la mission EPS n’apparaîtra plus dans l’intitulé du poste, qu’elle disparaisse aussi peu à peu de leur pratique et que le seul CP EPS de circonscription restant s’occupe de tout le département...



Dispositif + de maîtres que de classes
Un des dispositifs que compte le Gers a été supprimé afin de récupérer un poste pour dédoubler un CP dans la même école, classée REP.
La DASEN répond en cela à la consigne ministérielle qui recommande de récupérer les postes de maîtres surnuméraires pour financer sa mesure emblématique.
- Encore le fameux redéploiement des moyens...
Si nous pensons qu’il faut réduire les effectifs des classes, nous affirmons que cela ne doit pas seulement concerner les CP en zone prioritaire, et cela ne doit pas se faire au détriment de ce tout récent dispositif, qui aurait pu être un levier intéressant pour la transformation de l’école.
Les 3 autres dispositifs de maîtres supplémentaires du Gers sont maintenus. C’est une bonne nouvelle mais pour combien de temps ?



Décharges de direction des petites écoles
Les écoles de 2 et 3 classes ont droit à 10 jours de décharge par année scolaire. Actuellement, deux modalités existent pour cela :
- des personnels à temps partiel en sous service hebdomadaire, qui "doivent" des heures, assurent une partie de ces décharges.
- des remplaçants, quand ils ne doivent pas suppléer des enseignant.es absent.es., sont appelés, souvent le jour-même, pour remplacer un directeur ou une directrice.
Inutile de dire que pendant les périodes d’épidémie, cette possibilité est très limitée.De plus, elle n’est pas vraiment idéale en termes de régularité et d’organisation du travail.
Enfin, bien souvent, en fin d’année, le compte n’y est pas.
- Pour des décharges de direction régulières, assurées par un.e même enseignant.e toute l’année, pour qu’une véritable continuité pédagogique soit possible, le SNUipp/FSU demande que des postes spécifiques soient créés (6).

Voir en ligne : la carte scolaire présentée par la DASEN

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr