Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / rythmes scolaires 


Oui-Oui au pays des Pour-Pour !

jeudi 25 janvier 2018

Retour sur les rencontres rythmes scolaires des 10 et 24 janvier 2018, organisées conjointement par la DSDEN et la DDCSPP

Il ne s’agit pas d’une crise soudaine de démence ou de bégaiement, mais du titre qui aurait pu être donné aux rencontres sur les rythmes scolaires.
Car les consignes des gentils organisateurs étaient claires : il ne s’agissait pas de débattre, mais de donner uniquement des commentaires positifs sur l’un des 2 rythmes (uniquement dans l’intérêt de l’enfant), de se mélanger, de s’écouter, d’être honnête et sincère entre "bonnes personnes".
Et l’animateur de conclure : "jouez, crayonnez, dessinez !" Infantilisant ? A peine...

La journée du 24 janvier, à Condom, a ainsi rassemblé 124 participants, parmi lesquels 24 enseignant-es. A Mirande (le 10 janvier), les proportions étaient du même ordre. Le nombre d’enseignant-es nous a paru assez faible, quand on se rappelle que la réforme Peillon s’était donnée comme objectif l’amélioration des apprentissages.
- Mais il est vrai que notre hiérarchie n’avait pas voulu que ce temps puisse être déduit des obligations de service des enseignants...

N’étant pas si mauvais bougre que cela, on a joué le jeu, puisqu’on nous y enjoignait, en se demandant bien ce que ce catalogue de "pour /pour" allait bien pouvoir nous apporter.
On a donc donné nos arguments dans un groupe, en essayant de placer que les conditions de travail des enseignant-es pouvaient être importantes pour le climat scolaire (hou ! vilains corporatistes que nous sommes...).
Puis on a changé de groupe pour écouter les mêmes arguments, une fois, puis deux fois, puis trois fois, avant de retrouver le premier groupe, pour voir si on avait été convaincu par de nouveaux arguments.
Dans mon groupe, si l’on a pu concéder que d’autres arguments que les nôtres étaient intéressants, chacun est plus ou moins resté là où il en était deux heures plus tôt.
- Quelle surprise ! Les indécis l’étaient encore, d’autres qui avaient un avis bien tranché n’en avaient pas changé.

Comment en aurait-il été autrement ?
Le format de ces rencontres ne permettait pas d’apport de connaissances aux participants et ne donnaient pas non plus à voir différents exemples d’organisation. Chacun a donc parlé de ce qu’il connaissait ou souhaitait. Ne pas permettre d’évoquer autre chose que l’intérêt de l’enfant peut paraître louable, mais cela revient surtout à ne pas percevoir la totalité des enjeux (travail des familles et modes de garde, conditions de travail pour les enseignants, emplois périscolaires, coûts pour les collectivités, transports scolaires...). Et ne soyons pas dupes, ce ne sont sans doute pas les arguments de ces rencontres qui seront décisifs...

Au final, on a eu l’impression de perdre un petit peu notre temps...
Tout cela ne serait pas trop grave si quelques collègues ne nous avaient pas rapporté que les échanges dans les groupes n’avaient pas toujours été courtois. Certains participants ont monopolisé la parole et n’ ont guère accepté les points de vue différents des leurs...
- Nous avions oublié qu’il y avait aussi quelques méchants lutins dans l’univers de Oui-oui...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr