Retour accueil

Vous êtes actuellement : SYNDICAT  / Actunet  / Actunets 2016/2017 


Actunet du jeudi 4 mai 2017

jeudi 4 mai 2017

- Barrer la route au FN
- 1er mai à Auch
- La bienveillance de notre hiérarchie
- La retraite




Avec sa candidate qualifiée au second tour de l’élection présidentielle et en tête dans 47 départements, le Front national n’a jamais été aussi proche du pouvoir.

Son programme est à l’opposé des objectifs et des valeurs que porte le SNUipp-FSU. Son histoire, ses alliances internationales et ses pratiques prouvent que ce parti est profondément antidémocratique et xénophobe. Il constitue une menace majeure pour nos droits et nos libertés.

Ses propositions en matière d’éducation renforceraient les inégalités scolaires notamment par le tri des élèves dès la fin de la sixième et l’orientation précoce vers l’apprentissage qui toucheraient avant tout les enfants des familles populaires les plus éloignées de l’école. Des propositions comme le port de l’uniforme, ou la suppression des enseignements des langues et cultures d’origine participeraient à la construction d’une école rétrograde, peu ouverte sur le monde.

L’accession de sa candidate à la tête de l’État serait un désastre.

Bien que les risques pour la société ne soient pas de même nature, le programme du second candidat est porteur de graves reculs : suppression de 120 000 postes dans les services publics déjà dégradés, libéralisation du travail accentuant la précarité des salariés, gouvernement par ordonnances cet été...

Son programme, c’est en définitive renforcer encore les politiques menées depuis plus de trente ans et qui sont responsables de la montée de l’extrême droite dans notre pays.

Certaines propositions sur l’éducation comme la remise en cause du statut par le recrutement par les chefs d’établissement, la généralisation des stages pendant les vacances supposés répondre à la difficulté scolaire ou la suppression de tout cadre national pour l’organisation de la semaine scolaire sont inquiétantes.

Au-delà de cette séquence électorale et très vite, les mobilisations seront donc indispensables pour défendre nos droits et en conquérir de nouveaux.

Mais




1er mai à Auch

Plus de 700 personnes ont défilé dans les rues d’Auch à l’appel de La CGT, FO, FSU et Solidaires

- pour dire STOP à l’austérité et aux régressions

- POUR le progrès social pour toutes et tous

- POUR la paix et la démocratie

- POUR barrer la route au front national




La bienveillance de la hiérarchie

Depuis la rentrée de septembre, notre hiérarchie n’a que la mot « bienveillance » à la bouche. Et depuis deux ou trois mois, la hiérarchie nous donne un petit aperçu de sa conception de la bienveillance.

Nous ne parlons pas ici de la bienveillance qui amène notre hiérarchie à multiplier les avis défavorables lors de commissions (comme pour les collègues assumant un intérim de direction par exemple). Mais après tout, si ces entretiens sont mal vécus par les collègues alors que les IEN les conçoivent « pour valoriser les enseignant-es » (!), ce n’ est qu’une question de ressenti dixit ces mêmes IEN bienveillant-es.

Nous ne parlons pas non plus ici de la bienveillance des IEN qui font des promesses (qui vont à l’encontre des règles) aux enseignant-es lors de la carte scolaire ou du mouvement : qui sur la stabilité de l’équipe, qui sur la répartition des niveaux d’enseignement... et qui, au final, défendent l’inverse en CAPD, tout en faisant porter la responsabilité sur les représentant-es des personnels.

NON, nous parlons de la toute récente bienveillance qui conduit la DASEN à refuser des autorisations d’absence qui ont obtenu l’avis favorable de l’IEN. Nous parlons de la bienveillance qui conduit notre hiérarchie à accorder des autorisations d’absence aux collègues pour aller consulter un spécialiste suite à une grave maladie, sans solde. Nous parlons de la bienveillance de la hiérarchie qui fait payer à l’enseignant-e la maladie ou le handicap de son enfant en accordant des autorisations d’absence sans solde pour consulter les praticiens indispensables.

Et si notre hiérarchie montrait juste un peu de considération pour les enseignant-es au lieu de se gargariser de « bienveillance », la souffrance au travail s’en trouverait sûrement diminuée. Mais peut-être n’est ce juste qu’une question de ressenti.




La retraite…

Quand peut-on la prendre ? Quand déposer sa demande ?Quels documents fournir ?Comment est-elle calculée ?

Mais aussi : quelle est l’histoire des retraites et quelles sont leurs perspectives d’avenir ?

C’est pour répondre à ces questions et ces inquiétudes bien légitimes que le SNUipp/FSU du Gers organise une réunion d’information le :

mercredi 17 mai à partir de 14 heures,

dans son local chemin de la Réthourie à Auch.




Se syndiquer, toujours et maintenant

Plus que jamais le SNUipp-FSU32 souhaite représenter toute la profession.

Nous invitons les collègues qui ne l’auraient pas encore fait à se syndiquer afin

de donner au SNUipp-FSU32 les moyens de fonctionner et de répondre du mieux qu’il le peut à vos attentes.

Je me syndique.

Je me syndique en ligne.




* A votre disposition si besoin.

Les élu(e)s SNUipp/FSU

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr