Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carte scolaire 


Carte scolaire 2017 : se contenter de ce que l’on a ?

jeudi 15 décembre 2016

Ou avoir de l’ambition pour nos écoles ?

Avec les échéances électorales du mois d’avril, les opérations de carte scolaire préparant la rentrée 2017 auront lieu assez tôt cette année.
On nous répète depuis plusieurs années (et cela s’est accentué depuis la signature du protocole sur la carte scolaire pluriannuelle) que nous avons de la chance dans le Gers. P/E (nombre de professeurs pour 100 élèves) et E/C (nombre d’élèves par classe) seraient parmi les plus favorables de France, et malgré une légère baisse d’effectifs (-150 élèves entre la rentrée 2015 et la rentrée 2016), le département n’a pas perdu de poste. Certains allant même jusqu’à dire que sans la signature du fameux protocole, on aurait perdu près de 80 postes. Rien que ça…

Oui, mais…
Il n’est pas aisé de comparer des situations très différentes. Une classe urbaine à cours simple est difficilement comparable à une classe à double ou triple-niveau. Si ces dernières sont souvent moins chargées, la tâche n’est pas pour autant plus aisée, et des effectifs moins importants semblent tout à fait justifiés. Et puis, si l’on veut jouer au jeu des comparaisons de chiffres, il faut alors aller jusqu’au bout et regarder au-delà de la France ceux qui nous sont donnés par l’OCDE.

La France compte près de 5 élèves en plus par enseignant-e que les 11 pays comparables qui réussissent mieux que la France à la fois sur les résultats moyens Pisa 2012 et également en terme d’impact des inégalités sociales sur les résultats scolaires (Suisse, Japon, Belgique, Autriche, Danemark, Irlande, Pays-Bas, Finlande, Canada, Allemagne et Australie). Cela traduit le manque de moyens pour le remplacement, le dédoublement, la prise en charge des difficultés scolaires...
De plus, on peut aussi se pencher sur l’évolution du fameux P/E, en France, non pas sur une ou deux années, mais sur une quinzaine d’années.
On voit bien que malgré une remontée depuis 2012, le P/E est loin du niveau d’avant la période Sarkozy…

Ou avoir de l’ambition pour nos écoles ?
Un autre positionnement est de se dire qu’il faut revenir au nombre d’enseignants que l’on avait avant 2007, que cela permettrait de conserver des écoles sur tout le territoire, d’ouvrir des postes quand les classes sont chargées ou quand les répartitions deviennent de vrais casse-têtes. Il faudrait aussi recréer des postes de RASED, des postes de conseillers pédagogiques, des moyens de remplacement. On aimerait voir réapparaitre la formation continue. On voudrait aussi que l’éducation prioritaire et l’éducation spécialisée ne soient pas oubliées, afin que tous les élèves aient les mêmes chances. On rêverait que toutes les écoles qui en font le projet puissent avoir des postes de maîtres supplémentaires ou des dispositifs pour l’accueil des moins de 3 ans…

Oui, tout cela, c’est ce dont notre école a besoin, et ce n’est pas possible sans créations de postes.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr