Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Évaluation des élèves 


PISA et Cie

dimanche 11 décembre 2016

• TIMMS, PISA…
Derrière ces sigles se cachent des évaluations internationales de nos jeunes élèves. Les derniers résultats, en mathématiques, ne sont pas bons. Cela est préoccupant… et aussi dangereux car ils risquent de démoraliser les enseignants qui travaillent beaucoup pour la réussite des enfants.
Ainsi, on a pu lire que les professeurs des écoles étaient trop littéraires pour la plupart et peu confiants en leur enseignement dans les domaines scientifiques.
Certains y voient plutôt les résultats des précédents programmes plus axés sur les automatismes que sur la compréhension réelle des notions.

L’enquête PISA souligne quant à elle un système français incapable de réduire les inégalités :
le poids de l’origine sociale d’un élève sur ses performances scolaires est bien plus marqué en France que dans les autres pays de l’OCDE.

Elargissons la perspective et l’on verra aussi que dans la plupart des pays d’Europe qui réussissent mieux, on a des groupes classe de 20 élèves et souvent deux enseignants par classe, un d’eux étant référent scientifique.
Une solution pourrait donc être de réduire le nombre d’élèves par classe, d’augmenter le nombre de dispositifs plus de maitres que de classes et de retrouver des RASED complets pour apporter aux élèves en difficulté une aide spécialisée.

Une véritable formation continue pour les enseignants ne serait pas non plus du luxe. Le rapport du Comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants remis à la ministre le 29 novembre, ne dit pas autre chose.
Rappelons par exemple que les enseignants n’ont reçu aucune version papier des nouveaux programmes et qu’ils n’ont quasiment pas été accompagnés par de la formation continue pour se les approprier.
- Les enseignants français bénéficient de 2,5 jours de formation en moyenne par an, c’est moins que les cadres A de la fonction publique, c’est trois fois moins que ce qui se fait en moyenne dans l’OCDE.

Et ce n’est par hasard si les pays comparables au nôtre et qui arrivent à réduire les inégalités consacrent à l’éducation des budgets presque 30% supérieurs au nôtre.

Les enseignants qui maintiennent, par leur investissement et leurs compétences le système à bout de bras, ont besoin d’être aidés. Cela passe par de la constance et un investissement sur le long terme au service d’une meilleure réussite des élèves et de la lutte contre les inégalités.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr