Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER 


Attractivité du métier d’enseignant : la vocation ne suffit pas

samedi 12 novembre 2016

Suite au rapport du CNESCO sur l’attractivité du métier, le SNUipp-FSU rend publics les résultats de son enquête auprès de PE entrants dans le métier : pas de crise de vocation mais de sérieuses raisons à hésiter de passer le pas.

Depuis 2001, le SNUipp réalise tous les 3 ans une grande consultation auprès des enseignants de primaire de moins de 5 ans d’ancienneté afin de comprendre leur parcours, de recueillir leur avis sur leur formation et leurs débuts dans le métier et d’identifier leurs éventuelles attentes.
C’est également l’occasion d’interroger les valeurs qui habitent ces jeunes professionnels et leur rapport au syndicalisme.

Que retenir de cette enquête ?

  • Si la vocation reste la principale motivation pour devenir professeur des écoles (74%), le profil des enseignants débutants évolue : Le niveau master étant aujourd’hui attendu au concours, les nouveaux enseignants sont logiquement plus diplômés mais également plus âgés. Une majorité (61%) indique avoir eu une autre expérience professionnelle avant d’enseigner
  • La satisfaction à l’égard des débuts dans le métier et de la formation continuent de décroître pour s’établir à 60 % et 22 %. 71% des enseignants se déclarant néanmoins satisfaits par rapport à ce qu’ils attendaient du métier.
  • Pour les enseignants dans leurs premières années d’exercice, les avantages de leur métier sont avant tout centrés autour de leurs élèves : leur réussite (63%), la relation entretenue avec eux (60%) et le fait de leur transmettre des connaissances (53%). En miroir, les inconvénients les plus cités sont le temps de préparation (65%), les différences de niveaux au sein de la classe (62%) et l’échec persistant de certains élèves (54%).
    Les comportements violents sont néanmoins plus souvent évoqués qu’auparavant (43%, +8 points par rapport à 2013).
  • Pour l’avenir, la priorité la plus attendue est la baisse du nombre d’élèves par classe (83%).
  • Pour 88% des enseignants débutants, leur métier est plutôt dévalorisé aux yeux de la société actuelle. Ils sont toutefois un peu moins nombreux qu’il y a 3 ans à souhaiter changer de métier dans les 15 prochaines années (14%, - 4 points).
  • En termes d’actualité, il apparaît que la réforme des rythmes scolaires suscite majoritairement l’insatisfaction auprès des nouveaux enseignants (82%). Le mécontentement est également majoritaire s’agissant des APC (76%) et de la formation des professeurs des écoles (71%).
  • Quoique profondément attachés à leur mission à l’égard des élèves et aux satisfactions que peut leur apporter leur métier, les nouveaux enseignants émettent des critiques fortes à l’égard de la situation actuelle et des attentes sur les conditions d travail se font jour.
  • L’action des syndicats est attendue dans ce contexte leur image, déjà bonne lors de la dernière édition, s’améliorant même (86%, +9 points) alors que la Gauche ne suscite plus le même enthousiasme (48% y associent une dimension positive, - 13 points).
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr