Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carte scolaire 


Un protocole pour protéger l’école rurale, vraiment ?

samedi 12 mars 2016

Durant les dix dernières années, avant l’ère du protocole, nous avons eu l’habitude de cartes scolaires difficiles pour notre département. D’abord les suppressions massives durant tout un quinquennat, avec les résultats que l’on sait : démantèlement des RASED, réduction drastique des postes de remplaçants…

Puis vinrent des temps moins rudes, mais le mal était fait. Comment, en effet gérer des cartes scolaires avec une dotation quasiment nulle ? Dans certains secteurs du département, les classes étaient au bord de l’implosion, il fallait ouvrir. Donc, il fallait fermer ailleurs, et comme tous les postes hors la classe avaient déjà été fermés, il ne restait que les classes à effectifs plus faibles : les classes les plus rurales.

Mais le protocole allait tout changer, on allait réorganiser, concentrer, fusionner… pour renforcer nos écoles rurales. Nous sommes resté-es sceptiques, car ce protocole ne s’accompagnait pas vraiment des créations de postes qui nous paraissaient nécessaires (3 postes la première année, aucun cette année). D’autres pensaient que ce protocole était au contraire une grande chance pour le Gers.

Aujourd’hui, même si ce n’est pas encore l’heure du bilan, on peut déjà observer les premiers effets du protocole sur la carte scolaire préparant la rentrée 2016. Qu’en est-il donc ?
Pour quelques RPI où des réorganisations ont été mûrement réfléchies et semblent coller au plus près aux besoins des territoires, combien de classes rurales continuent de fermer ?
Regardons quelles écoles sont concernées par les fermetures de postes ? Montesquiou, Aignan, Beaucaire, Jû-Belloc, Maumusson Laguian, Monguilhem, Monlézun, Panassac, Terraube etc. Peut-on vraiment penser que le protocole a joué un rôle protecteur pour les écoles rurales ?

Quant aux besoins d’ouverture, sont-ils satisfaits ? Deux ouvertures de classe, cela paraît bien mince.
Et peut-on vraiment penser que l‘ambition de se doter de dispositifs pédagogiques spécifiques (affichée dans le protocole) est atteinte ? Deux ouvertures d’accueil des moins de 3 ans masquent en fait 2 fermetures dans les mêmes écoles. Idem pour le dispositif plus de maîtres que de classes. Le protocole devait être un marché gagnant/gagnant, et on a comme l’impression que le Gers s’est fait rouler dans la farine…

Nous prenons le risque de nous répéter : le protocole n’est pas la réponse adaptée pour l’Ecole publique dans notre département. Ce qu’il faut, ce sont des créations de postes pour le Gers.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr