Retour accueil

Vous êtes actuellement : INSTANCES PARITAIRES  / CTSD et CDEN 


CTSD du 2 avril 2015 : l’effet protocole !

lundi 6 avril 2015

Depuis décembre, le protocole sur la carte scolaire pluri-annuelle a enfermé l’école gersoise dans des enjeux de communication politique. Après les élections départementales, la dure réalité refait surface : 7 fermetures d’écoles rurales envisagées du jamais vu dans le département...
... parce qu’une fois encore, la carte scolaire 2015 se déroule dans une enveloppe budgétaire contrainte.

7 fermetures d’écoles rurales : du jamais-vu dans le Gers !
Le protocole sur la carte scolaire pluriannuelle est en marche.
A sa lecture, pas besoin de boule de cristal, on pouvait se douter de ses effets. Les voilà : 7 écoles rurales et 13 classes supplémentaires proposées à la fermeture, du jamais-vu dans le département.
Pour le SNUipp/FSU, on ne peut faire porter la responsabilité des difficultés de gestion actuelles à l’existence des écoles rurales. Ces écoles ont toujours existé et ont souvent servi de modèle.
Ce sont bien les contraintes budgétaires , et non la présence des écoles de campagne sur le territoire qui ont conduit les Inspecteurs d’Académie à sacrifier les RASED et les remplaçants.
Le département est un corps vivant qui évolue et sait adapter ses structures scolaires… mais jamais dans le but de redéployer des postes. C’est bien pour cela qu’il aurait fallu commencer par rendre les postes perdus les années passées.
Mais voilà, nos élu-es (un sénateur, nos députés et le Président du Conseil général) ont signé… Difficile ensuite de contester les fermetures après avoir donné blanc-seing à l’administration…

Le mérite de l’honnêteté ?
La DASEN ne souhaite plus utiliser les surnombres éventuels (lorsqu’il y a plus de personnes que d’emplois budgétaires) à la rentrée pour pallier les besoins d’ouverture.
Elle préfère garder des postes dès maintenant (rien moins que 11,50).
Cela a le mérite d’être plus clair : les surnombres utilisés à la rentrée masquaient la réalité des 50 postes fermés lors du précédent quinquennat et jamais restitués.
MAIS reste qu’en gardant une telle réserve de postes, et dans un cadre budgétaire contraint, il lui faudra effectuer de nombreuses fermetures …

Remplacement : encore loin du compte
C’est l’une des priorités annoncées de la DASEN qui souhaite ouvrir 4 postes (1/ circonscription) et confirme les 2 postes ouverts provisoirement à la rentrée 2014.
Au regard des 20 fermetures prévues, la pompe semble à peine réamorcée.
Quant à la brigade formation continue, rien n’est prévu cette année encore nous confirme la DASEN.
En septembre 2015, s’il reste des personnels en surnombre, elle les utilisera pour abonder la brigade de remplacement.
Qui va encore aller à l’école malade l’an prochain ?

Scolarisation des tout-petits : seulement de l’affichage ?
Même si 2 dispositifs de scolarisation des moins de 3 ans sont ouverts, ils se font à moyens constants.
Par ailleurs, plusieurs fermetures sont envisagées dans des écoles maternelles. Le fait est que cela risque de dégrader la qualité de l’accueil des tout-petits, voire de le rendre impossible.
L’administration juge que l’accueil des moins de 3 ans affiche un taux satisfaisant dans le Gers. Certes, il est au-dessus de la moyenne nationale. Mais ses 15% sont bien loin du taux avoisinant les 60% que connaissait le Gers en l’an 2000.
On constate depuis quelques temps une baisse de la scolarisation en PS et MS... Comment ne pas faire le lien ?
Un geste à faire pour la scolarisation des TPS : comptons-les à nouveau dans les effectifs !

Condom : la quadrature du cercle
Les écoles publiques de cette commune ont beaucoup souffert dans le passé d’une concurrence exacerbée du privé, entretenue par l’édile de l’époque.
Ce dernier, de retour aux affaires, récidive : fin de la commission d’affectation entre les écoles, baisse des effectifs en classe passerelle... une de ses adjointes est la directrice d’une des 2 écoles privées.
La DASEN devra donc arriver à maintenir l’Ecole Publique sur l’ensemble de la commune au travers de ses 2 pôles sans en favoriser un plus que l’autre. Dans le même temps elle ne devra pas donner au maire de signal négatif, par exemple en n’ouvrant pas de classe alors même que l’Ecole Publique a des besoins en ouverture.
Les valeurs de l’Ecole pour la République, c’est aussi la laïcité. A Condom, la vigilance s’impose.

RASED : Point mort
Aucune création de poste RASED et aucun départ en formation CAPA-SH (option E et G) pour la rentrée 2015 !
Après les coupes sombres de 2012, nous assistons donc à la pérennisation de l’indigence (1 RASED par circonscription, soit pour 2000 élèves) et ce, bien que l’école primaire ait été reconnue comme le lieu des apprentissages fondamentaux et celui où les premiers retards apparaissent, avec une forte répercussion des inégalités sociales sur la réussite scolaire.
- Le SNUipp/FSU ne cesse de dénoncer ces choix budgétaires car ils favorisent la médicalisation à outrance et l’externalisation du traitement de la difficulté scolaire et ce pour le plus grand bonheur du secteur libéral.

Etablissements spécialisés : la stratégie du yo-yo
1/2 ETP en moins par ci, 1/2 surnombre provisoire par là , ….
Au fil des cartes scolaires successives, les établissements spécialisés n’en finissent plus de voir leur nombre de postes faire le yo-yo, au mépris le plus complet de l’intérêt des élèves qui y sont accueillis et des équipes qui travaillent au quotidien avec eux.
Pour la rentrée 2015, encore une fois, rien n’est prévu .
Dix ans après la Loi de 2005, est-il vraiment nécessaire de rappeler que les dispositifs de scolarisation d’élèves en situation de handicap ne constituent pas les variables d’ajustement d’une politique budgétaire et que le travail de leurs personnels doit enfin être reconnu à leur vrai valeur ?

Voir en ligne : carte scolaire 2015 : les propositions d’ouvertures et fermetures

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr