Retour accueil

Vous êtes actuellement : INSTANCES PARITAIRES  / CAPD 


CAPD du 04 septembre 2014

jeudi 4 septembre 2014

Déclaration préliminaire du SNUipp/FSU du Gers

En cette première CAPD de l’année scolaire, le SNUipp/FSU du Gers tenait à rendre hommage à notre collègue du Tarn morte, poignardée sur son lieu de travail, à cause de son travail, le jour de la sortie des classes.
Cette mort n’a pas de sens, il ne faut pas chercher à l’expliquer.

Cela étant, ce crime, quand bien même il ne serait dû qu’à la folie d’une femme malade, a exacerbé toutes les angoisses, les souffrances au travail que les collègues accumulent depuis trop longtemps.
Et il ne faut pas les sous-estimer, le malaise est profond. Les nombreux appels téléphoniques et messages reçus à l’école E. Herriot et à la section du SNUipp/FSU du Tarn, venant de la France entière en attestent.

Au delà de cet évènement, c’est tout un climat d’agressivité latente contre notre profession que nous tenons à pointer.

Être enseignant est aujourd’hui un métier dit « à risque ».
C’est ce que révèle l’INSEE, dans une étude qui concerne les professions les plus sensibles. 12 % des personnes travaillant pour l’Education Nationale déclarent avoir été victime de menaces, d’insultes ou d’agressions physiques. Ce chiffre est deux fois supérieur à l’ensemble des autres professions concernées par l’étude statistique.
Dès lors, nous ne pouvons que constater les manques de notre institution et le retard pris pour la mise en place des CHS-CT dans l’éducation nationale ou le manque de personnels formés à l’accueil et à la médiation des conflits dans les écoles .
Par ailleurs, le climat délétère entretenu par des organisations extrémistes attaquant l’école et ses personnels finit par aboutir à des passages à l’acte de personnes fragiles ou déséquilibrées.
- Dans le même temps, les effectifs augmentent, les remplacements ne se font plus, la formation continue qui permettait de souffler et de prendre du recul disparaît.
Isolement, culpabilisation, mise en demeure d’obtenir des résultats alors que les moyens n’en sont pas donnés, la souffrance au travail n’est pas un vain mot.
Quant au regard des parents, s’il reste encore majoritairement bienveillant, il ne cesse de se dégrader, à l’image de la dégradation sociale dont ils sont victimes.

Dans le cadre qui est le notre aujourd’hui, la CAPD qui statue sur la carrière des enseignants, le SNUipp/FSU du Gers souhaite d’abord rappeler son attachement au paritarisme et à son fonctionnement qui passe par le respect des règles établies.
- Pour nous, l’équité et la transparence ne sont pas des vains mots.

Le SNUipp/FSU souhaite aussi rappeler que si l’administration est là pour faire fonctionner le Service Public, elle ne peut le faire contre les personnels.

Selon l’enquête Harris réalisée pour le SNUipp/FSU en cette rentrée 2014, si les enseignants ressentent de la fierté dans l’exercice de leur métier, il n’en reste pas moins qu’il y a chez eux une crise de confiance vis-à-vis de l’institution et un réel désir de reconnaissance.

La 3ème phase du mouvement génère habituellement quelques mécontentements….
Mais en général, un rappel des règles, quelques explications suffisent à ce que l’année scolaire se passe.

Or, votre absence, Mr le Directeur Académique, lors du groupe de travail du 28 août sur les affectations n’a pas permis de prendre toutes les décisions nécessaires au bon déroulement de la rentrée en matière de nominations….. Elle n’a pas été comprise par les collègues concernés, si ce n’est comme un désintérêt pour leur cas.

Dans ces conditions, nous demandons que soient revues aujourd’hui, dans le respect des règles, les situations difficiles qui se sont révélées le 28 août.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr