Retour accueil

Vous êtes actuellement : NOS ACTIONS  / Déclarations 


Déclaration préalable de la FSU, CDEN du 17 avril 2014

jeudi 17 avril 2014

Les élections municipales passées, le département du Gers retrouve sa vérité et ses problèmes.
L’école gersoise, lourdement touchée ces dernières années, continue de subir le redéploiement des moyens. De nouveaux dégâts se préparent. Une nouvelle fois, en période de restriction, les responsables de l’Education Nationale utilisent les territoires ruraux comme réservoirs de postes.

Le changement de gouvernement ne permet pas d’espérer un autre cap.
Après les cadeaux faits au MEDEF sur les retraites et sur de nouvelles exonérations, il annonce que Pacte de responsabilité sera maintenu. La feuille de route de ce nouveau gouvernement reste donc inscrite dans le droit fil des politiques d’austérité :
moins de dépenses publiques, moins de protection sociale, moins de pouvoir d’achat, moins de santé, moins de culture, moins de justice, moins d’éducation.
Les populations les plus précaires vont voir les prestations sociales nécessaires à leur survie limitées et les services publics garantissant leurs conditions d’existence affaiblis.
- C’est bien notre modèle social qui est remis en cause.

L’annonce du gel du point d’indice pour la 5ème année consécutive est une décision injuste. Il pénalise d’abord les jeunes et les personnels les moins rémunérés.
Il est économiquement inefficace ! Qui peut croire que le seul effort des fonctionnaires, comme de l’ensemble des salariés, et maintenant des retraités, va combler un déficit alors que cela fait des années qu’ils payent déjà pour enrayer une crise dont les causes sont liées d’abord à la financiarisation de l’économie.

Même si c’était un secret de Polichinelle, le changement à la tête de l’Education Nationale ajoute de la confusion et crée le sentiment que l’Education a servi de tremplin à des ambitions personnelles.

- Aujourd’hui, les enseignants des écoles sont en grève, soutenus par les parents et les élus qui ne comprennent pas qu’il semble plus facile de trouver des solutions pour renflouer des banques ou satisfaire M. Gattaz que de répondre à leurs demandes.

- Aujourd’hui, les enseignants des écoles sont en grève pour refuser une carte scolaire qui va affecter tout le département des postes fermeront et feront mathématiquement augmenter les effectifs dans les autres classes, des besoins d’ouverture ne pourront être satisfaits, les nouvelles mesures de décharges de direction vont être bien difficiles à mettre en place, les RASED ne pourront être reconstruits et remplir leur mission de manière satisfaisante, la formation continue, déjà insuffisante, est menacée,

- Aujourd’hui, les enseignants des écoles sont en grève pour exiger une rallonge budgétaire permettant une dotation spéciale, afin d’épargner au Gers et aux départements ruraux de nouvelles amputations de postes de professeurs d’école pour la rentrée 2014.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr