Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARRIERE  / Salaire et rémunérations...  / Salaires 


Vraiment pas nantis les enseignants !

vendredi 23 septembre 2005

Dans son dernier rapport "Regards sur l’éducation 2005", l’OCDE publie le salaire moyen des enseignants. Sur 30 pays, la France se classe à la 21ème place. Pas vraiment nantis les profs ! Par ailleurs, pour ce qui concerne le temps de classe des maîtres du 1er degré, celui-ci se situe dans la haute (936 heures en France), la moyenne des pays de l’OCDE est de 795 heures.

En résumé, les enseignants travaillent plus et sont moins bien payés que dans la majorité des autres pays membre de l’OCDE.

Ce n’est que par notre mobilisation du 20 janvier et du 10 mars 2005 que nous avons évité la perte de notre pouvoir d’achat ne soit plus importante encore.

Le gouvernement a dû concèder ce qu’il avait jugé impossible quelques semaines plus tôt, une augmentation de 1,8% (niveau prévisionnel de l’inflation) pour 2005.

Désormais, il n’y a plus que l’avancement d’échelon ou les promotions qui assurent aux fonctionnaires le maintien de leur pouvoir d’achat.

JPEG - 23.5 ko
Évolution comparée des salaires de la Fonction publique et des prix depuis 2000

L’érosion du point d’indice

La valeur du point d’indice, commune à tous les fonctionnaires, est la seule référence qui permette de mesurer l’évolution de son pouvoir d’achat sans tenir compte des effets liés au déroulement de carrière (promotions, intégration PE...).

Depuis 1982, cette valeur ne tient plus compte de l’évolution des prix et ne cesse de décrocher du coût de la vie. La valeur du point d’indice a perdu en moyenne 1 % par an (selon l’INSEE), soit plus de 15% de sa valeur en brut, près de 25% en net.

Depuis 2000, le retard est d’au moins 5%. (10,3 % d’inflation pour une progression de 5,3 % des salaires).

Par ailleurs, l’érosion de notre pouvoir d’achat est aggravée par :
- des frais d’équipement professionnels nouveaux à charge des personnels (matériel informatique, logiciels...)
- le blocage des promotions des PE sortis des IUFM à partir du 7ème et 8ème échelon ;
- des promesses non tenues, notamment la prime de 1000 euros pour les sortants d’IUFM ;
- des déplacements professionnels qui ne tiennent pas compte des augmentations des carburants.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr