Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARRIERE  / Salaire et rémunérations... 


Revalorisation : les exigences du SNUipp-FSU

jeudi 21 février 2013

Le SNUipp, avec la FSU, a été reçu par le ministère pour évoquer les mesures catégorielles qui pourraient concerner les enseignants des écoles. Il a porté ses exigences pour une réelle revalorisation, indissociable de la priorité au primaire.

Un constat qui invite au changement
« La priorité à l’école primaire ne pourra faire l’impasse sur la situation matérielle et financière des enseignants du premier degré. »
C’est le principe qu’a défendu le SNUipp lors d’une rencontre au ministère de l’Éducation nationale mardi 19 février. Il a notamment revendiqué comme première mesure, une indemnité pour tous les PE qui ne peut être inférieure à 100 euros mensuels, pour que soient enfin reconnues toutes les dimensions du travail des enseignants des écoles.

Un pouvoir d’achat très amoindri

· les départs à la retraite : 60% des PE n’atteignent par le dernier échelon de la classe normale et seulement 3,4% atteignent l’échelon terminal de la hors classe ;
· les comparaisons internationales : après 15 ans d’exercice, les enseignants français du primaire sont payés 15% de moins que la moyenne des enseignants des pays de l’OCDE, soit une différence de plus de 320 euros par mois !
· Enfin la dévaluation du point d’indice est ressentie encore plus fortement chez les PE du fait du faible taux d’indemnités (5,3 % contre 21,8 % pour l’ensemble de la fonction publique).

D’autre part, les inégalités entre les hommes et les femmes peuvent atteindre jusqu’à 150 € en fin de carrière et ne sont pas dues uniquement aux interruptions de carrière des femmes, mais également à d’autres mécanismes, plus subjectifs, comme la notation, un comble dans une profession très majoritairement féminisée !

Pas moins de 100 € d’augmentation par mois

Pour le SNUipp-FSU, la priorité à l’école primaire ne pourra faire l’impasse sur la situation matérielle et financière des enseignants du premier degré.

Revalorisation financière des PE reconnaissant notre travail invisible (43 H par semaine) et s’alignant sur la situation du second degré.
C’est le sens de notre demande d’une indemnité pour tous les PE qui ne peut être inférieure à 100 euros mensuels.

Amélioration du déroulement de la carrière : le SNUipp-FSU revendique l’accès de tous à l’indice 783, indice terminal de l’actuelle hors-classe au rythme d’avancement le plus rapide, dans le cadre d’une classe unique.
Il demande la transformation de la hors classe en échelons accessibles à tous.

Dans le cadre des négociations fonction publique, il continuera de revendiquer avec la FSU une revalorisation du traitement des fonctionnaires

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr