Retour accueil

Déclaration préliminaire du SNUipp/FSU sur les promotions, CAPD du 25 octobre 2012

jeudi 25 octobre 2012

Avec un point d’indice gelé depuis plusieurs années, les promotions sont désormais la seule manière de voir augmenter son salaire de manière conséquente.

Quelques données de l’OCDE en rappel :

- Le salaire moyen d’un enseignant français du primaire est inférieur de 16% à la moyenne des 35 pays de l’OCDE et de 20% à la moyenne des pays de l’Union européenne. Et cela que ce soit en début, au milieu ou en fin de carrière.
- Ajoutons qu’en moyenne, les enseignants de l’OCDE ont gagné en euros constants 20% de salaire entre 2000 et 2010, alors que nous en perdions nous-mêmes 10%. Et nous sommes les seuls à nous être appauvris durant la dernière décennie.
- Rappelons aussi que nous avons des classes plus chargées que la moyenne de l’OCDE et de l’UE. Que notre nombre annuel d’heures statutaires compte parmi les plus élevés de l’OCDE.
Bref, nous sommes parmi ceux qui travaillent le plus, qui ont les classes parmi les plus chargées et qui sommes pourtant nettement moins payés que la moyenne.

Avec un point d’indice gelé depuis plusieurs années, les promotions sont désormais la seule manière de voir augmenter son salaire de manière conséquente.
Et nous tenons à réaffirmer le caractère injuste de ce système, qui témoigne surtout de l’attachement de l’administration à la notion de mérite.

Système injuste, car, outre le caractère si subjectif de la note, il est entaché de problèmes récurrents :
- harmonisation des notes
- fréquences des inspections
- goulet d’étranglement à certains échelons qui retarde l’avancement des plus jeunes et empêche certains enseignants d’atteindre le 11ème échelon en fin de carrière.

Le SNUipp/FSU se prononce pour la suppression de la note dans les promotions, pour un avancement de tous au rythme le plus rapide, au même titre que d’autres corps comme las professeurs hors classe et les Inspecteurs de l’Education Nationale.
Nous revendiquons aussi une revalorisation indiciaire pour tous les enseignants, la possibilité pour tous d’atteindre l’indice 783. Actuellement, le ratio d’avancement de grade des PE est bloqué à 2%, le plus faible de la Fonction Publique.

Personne n’ignore la situation économique actuelle, mais il y a urgence à corriger les inégalités dont sont victimes les personnels, à rendre attractif le métier d’enseignant à un moment où se pose la question de l’assèchement de son vivier : partout ailleurs dans l’OCDE, on a compris le rôle des salaires dans la dynamique de l’école. La refondation de l’école ne doit pas l’oublier....

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr