Retour accueil

"Séminaire" sur le socle du 3 octobre

jeudi 27 septembre 2012

Au-delà des débats déjà anciens sur ce que l’on met derrière cette idée de socle commun (démocratisation de l’école ou pilotage par l’évaluation ?), on peut légitimement se poser la question du rôle que l’on veut faire jouer aux directeurs dans cette affaire.

Nous ignorons encore l’objectif de la grande messe du 3 octobre. Aussi nous faisons un voeu : qu’elle nous soit utile et nous aide dans notre quotidien.
Pour cela il sera nécessaire de convaincre de l’utilité du socle et de celle du LPC, en commençant par le début :
- En quoi peuvent-ils aider à réduire l’échec scolaire ? Dans quelle mesure peuvent-ils aider le travail enseignant ? Quelles formations organiser pour les enseignants pour quelle mise en oeuvre ?
Rappelons que le SNUipp juge nécessaire de mieux travailler la transition entre l’école et le collège, mais en respectant absolument la spécificité de chacun de ces deux niveaux et en bannissant toute volonté de "secondariser" le 1er degré et donc, par conséquence, de "primariser" la maternelle.

Parmi les réjouissances de la rentrée vient traditionnellement la présentation des animations pédagogiques organisées par les équipes de circonscription. Rappelons-le, sans ordre de mission, elles ne sont pas obligatoires, c’est le temps qui doit leur être consacré qui l’est.
Elles ont toutefois le mérite de proposer aux enseignants de se former et leur permettent de se rencontrer et d’échanger sur leurs pratiques.

Cette année, il y a une nouveauté : les directeurs d’écoles élémentaires et primaires (et un directeur par RPI) seront convoqués à une animation un peu spéciale. C’est dire si leur présence est vivement souhaitée. Ils seront priés d’assister à un séminaire départemental ayant pour thème : L’école du socle auquel participeront aussi des principaux de collège et qui aura lieu au lycée Pardailhan toute la journée du 3 octobre 2012.

Au-delà des débats déjà anciens sur ce que l’on met derrière cette idée de socle commun (démocratisation de l’école ou pilotage par l’évaluation ?), on peut légitimement se poser la question du rôle que l’on veut faire jouer aux directeurs dans cette affaire.

On apprend aussi qu’il faudra cette année renforcer le dispositif de liaison CM2/6ème et que les enseignants devront y consacrer encore plus de temps qu’auparavant. Au souvenir de l’épaisseur du dossier qui était demandé l’année dernière, on peut craindre une nouvelle charge de travail pour une efficacité qui reste à démontrer. Ces dossiers sont-ils réellement utilisés par nos collègues du second degré ?
Si cette transition entre le premier et le second degré doit évidemment être accompagnée, il faut peut-être envisager de nouvelles pistes, de véritables projets communs(comme cela se pratique déjà avec certains collèges) pour éviter que ces réunions ne soient qu’un prétexte à une secondarisation de l’école.

Au final, ces réunions, auxquelles les collègues se sentent obligés d’assister, risquent de participer au sentiment de bureaucratisation du métier et à la perte du sens du travail, à un moment où nous étions nombreux à attendre une reconnaissance de notre valeur professionnelle. C’est notre vision de notre métier qui est questionnée.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr