Retour accueil

Vous êtes actuellement : INSTANCES PARITAIRES  / CTSD et CDEN 


CDEN du 13 février 2012

jeudi 16 février 2012

Les faits marquants du CDEN
L’Inspecteur d’Académie fait un geste
Bilan comptable
Le discours de l’Association des Maires du Gers : un ange est passé
Voeu unanime
L’après CDEN
Les actions collectives doivent-elle se poursuivre ?
mercredi 29 février

Les faits marquants du CDEN

L’Inspecteur d’Académie fait un geste

Il annonce qu’il ne touchera finalement pas aux postes maternelles (Roquebrune, Vic, Fleurance) et qu’il revient sur la fermeture de Masseube (moyenne après fermeture proche de 25/classe).

Par là, il montre qu’il ne ferme pas la porte de la négociation et qu’il ne souhaite personnellement pas passer en force. Dont acte.

Mais l’Inspecteur d’Académie sait que les marges de manoeuvre sont étroites

- car 25 emplois à récupérer, quelques ouvertures à réaliser, une réserve à mettre de côté pour faciliter les négociations et parer aux surprises de la rentrée, tout cela ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval. C’est 36 fermetures qui étaient encore présentées au début du CDEN ;

- car les sempiternels arguments sur l’équité entre départements, les pourcentages et les chiffres, plus personne ne les supporte, plus personne n’est dupe.

Concernant les postes maternelles, l’IA s’est montré sensible aux arguments développés par le SNUipp/FSU lors du CTSD, à savoir :
- pas question d’admettre une nouvelle atteinte à la scolarisation des enfants de 3 ans en excluant ceux qui ne les ont pas le jour de la rentrée ;
- pas question de favoriser les écoles privées qui profitent déjà de l’exclusion des TPS ;
- il faut arrêter de donner des messages négatifs sur l’école maternelle car les discours de Darcos et consors produisent leurs effets : dans le Gers, une centaine de familles fait désormais le choix de ne plus scolariser leurs enfants avant leur 4 ans.

Concernant les moyennes par classe, Masseube bénéficie d’un réexamen de sa situation. Mais l’IA sait pertinemment que d’autres écoles se trouvent à peu de choses près dans la même situation.

Bilan comptable

A l’issue du CDEN, les opérations de Carte Scolaire se résument ainsi :
- 25 taxations (12 classes, 13 hors-classes)
- 32 fermetures de postes
- 1 RASED par circo
- 1 CP-EPS pour deux circos
- 3 ouvertures nettes (Lombez, Duran, Ségoufielle)
voir l’ensemble des mesures proposées lors du CTSD du 24 janvier

Le discours de l’Association des Maires du Gers : un ange est passé

En l’absence de son président (sénateur) et de son vice-président, il revenait au maire de Saint-Martin d’Armagnac de présenter l’analyse et la position de l’AMG.
Moment attendu car le président-sénateur a voté, en tant que parlementaire, tous les budgets de l’Education de ces dernières années ; dans le même temps, le vice-président refusait de se joindre à toutes les formes de protestation contre les dernières cartes scolaires, allant jusqu’à justifier en CDEN certaines suppressions.
Aussi, c’est devant une assemblée attentive et bientôt médusée que M. le Maire s’est appliqué à dépeindre une situation qui n’avait rien à envier à celle décrite par les syndicats. Il y était question de "carte scolaire intolérable", de souhait d’une "politique novatrice pour l’école", d’une opposition à "toute suppression de poste".
- Nous ne ferons pas la fine bouche : toutes les énergies sincères sont admises dans le combat pour l’école.

Voeu unanime

Les demandes de la FSU, l’UNSA et la FCPE deviennent aujourd’hui un objectif commun à tous. Ce n’était pas gagné d’avance.

Extrait :
- nous refusons la dégradation du service public d’éducation et l’ensemble des fermetures proposées,
- nous demandons le vote d’une rallonge budgétaire affectée au Budget de l’Education Nationale pour la prise en compte, dès la rentrée, des besoins de tous les secteurs éducatifs du pays et du département : la ruralité, la maternelle, l’éducation prioritaire, la difficulté scolaire, la prise en charge du handicap, la formation, le remplacement...

L’intégralité du voeu :
http://32.snuipp.fr/spip.php?article1282

L’après CDEN

L’action collective doit-elle continuer ?
Le SNUipp/FSU a fait la proposition de poursuivre les mobilisations et de les organiser collectivement avec tous les partenaires de l’Ecole .

Plusieurs raisons à cela :
- les taxations qui frappent le Gers (et les autres départements) ont partout des conséquences concrètes négatives (hausse des effectifs, fragilisation des réseaux d’écoles, anéantissement de l’aide, ..) ;
- il n’est pas possible de passer en pertes et profits les 71.5 taxations subies en 15 ans malgré des effectifs en hausse (+600) ;
- il n’est pas question, durant la période qui s’ouvre, de laisser l’Education en marge des débats sur l’avenir du pays. L’Ecole doit y prendre sa place, rien que sa place mais TOUTE sa place.
- ensemble nous sommes plus forts pour faire monter l’exigence d’un collectif (rallonge) budgétaire avant la rentrée, seule solution pour annuler les fermetures.

Rendez-vous
mercredi 29 février
à Auch
salle des Cordeliers, à partir de 20 heures

Toutes les délégations d’écoles y sont invitées, tous les parents, les élus et bien sûr les enseignants.
- Ensemble nous déciderons des suites à donner aux actions collectives, de leur rythme, des formes qu’elles peuvent prendre.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr