Retour accueil

Avancement de carrière : à la tête du client ...

jeudi 17 novembre 2011

Selon les projets du gouvernements, il n’y aurait plus de règles, plus de garde-fou, plus de transparence…

Nouvelle mesure de démantèlement des droits collectifs de la profession, accélération de l’individualisation des carrières, le ministère se prépare à publier un décret (et son arrêté d’application) qui remet en cause les modalités d’évaluation des enseignants.

Finies les promotions au Grand Choix ou au Choix…
Finies les CAPD promotions…
Il n’y aurait plus de règles, plus de garde-fou, plus de transparence…
- Il ne resterait que le salaire à la tête du client…

Ne nous méprenons pas :
L’actuel système d’avancement d’échelon est injuste, nous le dénonçons chaque année…

Mais ce projet ajoute de l’arbitraire à l’injustice…

Le projet de décret et son arrêté d’application sont très clairs
voir les projets ci-dessous :

- avancement au rythme le plus lent pour tout le monde (équivalent des promotions « à l’ancienneté » actuelles)
- entretiens professionnels tous les trois ans avec l’IEN (supérieur hiérarchique) ou tout autre personne désignée par l’administration : CPC ?, futurs directeurs d’EPEP ? … résultats des élèves, « manière de servir », auto-évaluation… Il va falloir que la formation initiale et continue (ou ce qu’il en reste) nous apprenne l’art de la courbette ! …
- « possibilité » (pas d’obligation donc) pour l’IEN d’attribuer jusqu’à 5 mois de bonus d’ancienneté pour les plus « méritants », jusqu’à 2 mois pour les « un peu moins » méritants, et rien du tout pour les autres…

Hiérarchie quand tu nous tiens…

Dans le projet de décret, une institution comme l’école qui fonctionne sur la base d’un conseil des maîtres est une anomalie.

Le projet de décret renforce le pilotage des écoles par des IEN.

Théoriquement, ils devront recevoir les collègues une fois tous les trois ans pour faire le point sur les objectifs.
Cet entretien entrainera une évolution de carrière éloignée de toute pratique professionnelle réelle.
- C’est un renforcement du pouvoir hiérarchique avec le risque de mise en place de petits potentats locaux.

Il est également prévu que le supérieur hiérarchique puisse faire faire l’entretien par un autre personnel. Il est facile d’imaginer que le gouvernement a dans la tête les EPEP les directeurs transformés en chef d’établissement.

Un autre aspect projet de décret fait référence à plusieurs reprises à « la manière de servir » des enseignants.
- Un enseignant qui ne répond pas dans la seconde aux injonctions de l’administration (enquêtes diverses et variées, duer...) sera-t-il privé des mois de bonus ?
- Un enseignant qui applique une consigne syndicale correspondant à ses convictions sera-t-il « oublié » ?

Ces projets sont donc totalement inacceptables, ils constituent une agression frontale contre les personnels et transforment le rôle de l’Ecole.

C’est aussi une marque de mépris à l’égard du travail accompli par les enseignants dans leur classe.
C’est enfin une volonté de transformer des personnels concepteurs de leur métier en simples exécutants de directives imposées.

Cette refonte de l’évaluation des enseignants s’inscrit dans une politique globale de gestion des « ressources humaines » de la fonction publique.

Merci au SNUipp 47 pour sa lecture attentive des projets :

PDF - 99.5 ko
Projet_d_arrete_reconnaissance_de_la_valeur_professionnelle_
PDF - 151 ko
Projet_de_decret_reconnaissance_de_la_valeur_professionnelle_
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr