Retour accueil

Déclaration préliminaire du SNUipp sur les promotions, CAPD du 24 novembre 2011

jeudi 24 novembre 2011

Le SNUipp/FSU tient, aujourd’hui plus que jamais, à réaffirmer le caractère injuste des promotions.
Ce système témoigne de l’attachement de l’administration à la notion de « mérite », si commode pour masquer les insuffisances budgétaires au niveau salarial.
En effet, quand on parle de la prise en compte du mérite pour une minorité, on ne discute pas du maintien du pouvoir d’achat de tous...
- Ce système de promotion est, pourtant, à l’heure actuelle, le seul moyen pour un agent de l’Etat de voir son salaire augmenter de façon conséquente !

En effet, depuis plusieurs années, les enseignants ne cessent de perdre en pouvoir d’achat, une situation aggravée par le gel du point d’indice décidée par le gouvernement en 2011 et reconduite pour 2012.

Personne n’ignore la situation économique actuelle, mais il y a urgence à corriger les inégalités dont sont victimes les personnels, à rendre attractif le métier d’enseignant à un moment où se pose la question de l’assèchement de son vivier.
N’oublions pas que le pouvoir d’achat est justement un élément de relance d’une croissance qui piétine actuellement.

Le SNUipp/FSU revendique une revalorisation indiciaire pour tous les enseignants, la possibilité pour tous d’atteindre l’indice terminal 783 alors qu’actuellement le ratio d’avancement de grade des PE est bloqué à 2% étant de ce fait le plus faible de la fonction publique.

Malgré tout le système actuel des promotions ne compense que partiellement les pertes de salaire, tant il est injuste et aberrant :
- problème d’harmonisation des notes pédagogiques
- problème de fréquence d’inspection
- problème de goulet d’étranglement au niveau de certains échelons qui retarde l’avancement des plus jeunes et empêche certains enseignants d’atteindre le 11ième échelon à la fin de leur carrière.

Le SNUipp/FSU se prononce pour une suppression de la note dans les promotions et donc pour un avancement automatique de tous au rythme le plus rapide au même titre que d’autres corps dont les professeurs hors classe et les Inspecteurs de l’Education Nationale.

Et dans le même temps, le Ministère prépare un décret qui ajoute de l’arbitraire à l’injustice…

- avancement au rythme le plus lent pour tout le monde (équivalent des promotions « à l’ancienneté » actuelles)
- entretiens professionnels tous les trois ans avec l’IEN (supérieur hiérarchique) ou tout autre personne désignée par l’administration  résultats des élèves, « manière de servir », auto-évaluation… Il va falloir que la formation initiale et continue (ou ce qu’il en reste) nous apprenne l’art de la courbette ! …
- « possibilité » (pas d’obligation donc) pour l’IEN d’attribuer jusqu’à 5 mois de bonus d’ancienneté pour les plus « méritants », jusqu’à 2 mois pour les « un peu moins » méritants, et rien du tout pour les autres…

Ces bonus d’ancienneté peuvent faire penser à l’actuel dispositif de promotions au Grand Choix ou au Choix… mais il y a de la perte :
- allongement de carrière pour les personnels promus le plus rapidement : passage de 18 ans, dans le système actuel, à 26 ans et 8 mois dans le projet de décret, soit 8 ans et 8 mois de plus.
- allongement de carrière pour les personnels promus au rythme moyen : de 26 ans dans le système actuel à 28 ans et 4 mois dans le projet de décret, soit 2 ans et 4 mois de plus.
- pour la période allant de septembre 2012 à janvier 2015, seuls des avancements à l’ancienneté auront lieu : une façon de faire encore plus d’économies…

Ce projet n’améliore absolument pas la situation. Il va créer de la division dans les écoles. Cela ira à l’encontre du travail en équipe nécessaire à la réussite des élèves. Cela accentuera la pression directe et peut renforcer l’arbitraire de la hiérarchie, dans une conception managériale de la gestion des enseignants. La reconnaissance de l’expérience professionnelle liée à l’ancienneté serait complètement minorée.

Pour toutes ces raisons, le SNUipp rejette catégoriquement ces évolutions et s’oppose à ce projet. Il exige que les discussions s’engagent sur d’autres bases.
- Les modalités d’évaluation des enseignants, doivent être déconnectées de l’évolution de carrière, et être concrètement améliorées.
- Le SNUipp/FSU porte le projet d’une évaluation formative qui soit une aide au développement professionnel pour que les enseignants soient encore mieux armés pour faire réussir tous les élèves.
- Il défend les principes d’équité, d’égalité de traitement et de carrière, de transparence, garantis notamment par le contrôle paritaire.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr