Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Maternelle 


Note maternelle sur l’aide personnalisée : le SNUipp écrit à l’IA

jeudi 25 novembre 2010

Toutes les écoles ont reçu une note de l’IA concernant la mise en œuvre du dispositif de l’aide personnalisée dans les classes de maternelle, dont le contenu méritait de nombreux commentaires.

Il était convenu que le SNUipp communique ses remarques avant sa diffusion, malheureusement le délai imparti (nous avons reçu le document un lundi, et elle était dans certaines écoles le mardi…) n’a pas permis qu’elles soient prises en compte dans le contenu de la note… Vous trouverez ci-dessous le courrier que nous avons envoyé à l’IA. Nous y demandons notamment que cette note, à défaut de sa suppression, reste indicative et qu’en aucun cas les collègues qui ne prendraient pas d’enfants de PS en APED ne subissent pas de pression ou ne reçoivent pas d’injonction de la part de l’administration.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Comme vous nous l’aviez annoncé lors de la CAPD du 21 octobre 2010 , vous avez bien voulu nous faire parvenir pour avis la note de service relative à la mise en place du dispositif d’aide personnalisée en maternelle. En l’état, cette note appelle de notre part quelques observations :

- Les sources des " observations recueillies " mériteraient d’être plus précisément détaillées. En effet, par qui " les effets produits sont(-ils) très largement reconnus " ? Il nous semble, à travers les discussions que nous avons avec les collègues, que rien ne justifie une telle affirmation.
- Dans ce même paragraphe, la place de la demi-heure d’APED interroge, notamment vis à vis des temps de repos… Au moment du débat sur les rythmes, il est surprenant de voir émerger une telle proposition qui va à l’encontre du rythme d’un enfant de trois ans (quand place-t-on la demi-heure supplémentaire, avant, après le temps de repos ? A midi ? Nous remarquons par ailleurs sur le terrain que les collègues de petite section qui n’ont pas investi le soutien avec leurs trop jeunes élèves mettent en oeuvre l’aide personnalisée avec les collègues de grande section ou d’élémentaire.
- Nous tenons à rappeler que l’extrait du BO cité (" les décalages entre enfants d’une même section ne sont pas, en général, des indices de difficulté ; ils expriment des différences qui doivent être prises en compte pour que chacun progresse dans son développement personnel. " BO n°3 Hors série du 19 juin 2008, programmes de l’école maternelle) ne justifie pas l’aide individualisée mais la différenciation pédagogique.
- Les " prises en charge s’inscrivant en prévention des difficultés " relèvent de l’intervention du RASED.
- Il est fait référence à la conférence de Mr Goigoux pour justifier le bien-fondé de l’aide personnalisée en PS de maternelle. Or rien ne laisse supposer dans le compte-rendu qu’il parle de la maternelle. A notre connaissance, ni hier ni aujourd’hui, Mr Goigoux ne conseille la mise en place d’aide personnalisée pour de si jeunes enfants. A la date de la conférence (2008), dans le département des Landes, comme dans le Gers d’ailleurs, la PS était exclue du dispositif d’aide personnalis ée par l’administration elle-même.
- Par ailleurs, la relecture attentive du compte-rendu de la conférence de Mr Goigoux, rédigé par le cabinet de l’Inspecteur d’Académie des Landes, nous a permis de relever qu’il ne préconise aucunement d’évaluation " diagnostic " en amont de la séance d’aide personnalisée (" on peut faire confiance pour ce type d’aide à la capacité d’observation et d’analyse du maître qui enseigne à ces élèves. S’attacher plutôt à déceler les difficultés de élèves à réussir ce qu’ils ont à faire dans des tâches d’enseignement (et pas dans des tâches d’évaluation) "), ce qui est en contradiction avec les exigences de certains IEN du département.
- Les modèles joints de lettres et autorisations aux parents sont particulièrement inadaptés à la PS et à la maternelle en général ! C’est par ailleurs un peu lourd pour ce qui est censé être seulement de la "prévention" (et, dans ce cas là, pourquoi ne pas le dire ainsi dans le courrier aux parents ?). Tout ceci pourrait conduire les enfants, et leurs parents, à penser qu’ils sont en difficulté scolaire dès l’âge de 3 ans….

En conclusion :

- Le problème de l’alourdissement de la journée scolaire est général de la maternelle au CM2

- Le SNUipp rappelle qu’il était contre la suppression des 2 heures d’enseignement pour tous. En effet, les dispositifs envisagés à la suite de la suppression de la classe le samedi matin, la réduction de deux heures d’enseignement pour tous les élèves, l’alourdissement de la journée scolaire pour certains ne peuvent résoudre les difficultés lourdes que rencontrent certains élèves. Par ailleurs, les conditions budgétaires nécessaires à la réussite de tous les élèves ne sont pas réunies : effectifs surchargés, RASED incomplets, formation continue diminuée... Pour le SNUipp la prévention des difficultés scolaires doit s’effectuer pour l’essentiel dans la classe. C’est notamment en ayant la possibilité de travailler avec un maître supplémentaire, des enseignants spécialisés et en développant le temps de concertation et les actions de formation des enseignants que le traitement de la difficulté scolaire doit être envisagé.

- Enfin, nous demandons que cette note, à défaut de sa suppression, reste indicative et qu’en aucun cas les collègues qui ne prendraient pas d’enfants de PS en APED ne subissent pas de pression ou ne reçoivent pas d’injonction de la part de l’administration.

Betty JEAN DIT TEYSSIER

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr