Retour accueil

Déclaration préliminaire du SNUipp sur les promotions, CAPD du 21 octobre 2010

jeudi 21 octobre 2010

Après avoir porté secours aux banques, le gouvernement français se plie à leur diktat. Pour la Fonction publique, il fait le choix de la rigueur et sacrifie à la fois l’emploi et le pouvoir d’achat.

Du fait de l’engagement massif des personnels de la Fonction publique dans l’action le 24 juin, le gouvernement n’a pas pu faire autrement que de confirmer la hausse de 0,5% du point d’indice au 1er juillet.
Pour 2011, il annonce le gel et laisse entendre que sauf bonne fortune, 2012 et 2013 connaitraient la même rigueur.

Et comme si cela ne suffisait pas, le projet de réforme des retraites lui offre l’occasion de diminuer les traitements nets des fonctionnaires en portant en 10 ans le taux de retenue pour pension de 7,85% à 10,55%.
A terme, c’est par mois une journée de salaire en moins !

Les salaires des enseignants, c’est encore la perte de pouvoir d’achat du point d’indice, qui atteint déjà 9% depuis 2000.
Et pendant ce temps, le ministre essaie de faire passer pour une revalorisation la distribution de quelques primes à quelques uns. Ces mesures « cache-misère » qui tentent de diviser un peu plus notre profession, ne trompent personne...
Il s’agit d’un fait cohérent dans une politique qui vise l’individualisation des rémunérations et fait des primes l’instrument essentiel de cette différentiation.

Il y a urgence à changer de politique salariale

Pour le SNUipp/FSU, ce changement doit passer par

- le maintien et le rattrapage du pouvoir d’achat du point d’indice, commun à tous,
- une reconstruction de la grille indiciaire assurant la reconnaissance des qualifications
- l’intégration des primes dans le traitement.

C’est dans ce contexte, que la question de l’évolution de la carrière prend une acuité particulière :
le système des promotions est actuellement le seul moyen pour la profession d’espérer un petit plus financier.

Et pourtant il ne compense que partiellement les pertes de salaire, tant il est injuste et aberrant :
- problème d’harmonisation des notes pédagogiques
- problème de fréquence d’inspection
- problème de goulet d’étranglement au niveau de certains échelons qui retarde l’avancement des plus jeunes et empêche certains enseignants d’atteindre le 11ième échelon à la fin de leur carrière.

Et pourtant une disposition existe déjà pour les directeurs d’établissement ou d’école d’application, pour les IEN : l’avancement de tous au rythme le plus rapide.
Cette mesure constitue un des seuls moyens de répondre aux demandes d’une profession dont la charge de travail a été singulièrement alourdie en peu de temps.

C’est pourquoi, nous revendiquons le système de promotion le plus équitable qui soit : l’avancement au meilleur rythme pour tous dans le cadre d’une grille indiciaire consolidée.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp 32 - Chemin de Réthourie 32000 Auch (plan d’accès) - tél : 05 62 05 42 51 - fax : 05 62 05 65 78 - courriel : snu32@snuipp.fr